EXPOSITION. Maquettes, croquis et de nombreux films… Jusqu'au 24 septembre 2017, le Pavillon de l'Arsenal dans le 4ème arrondissement de Paris se met à l'heure nippone. L'exposition intitulée "Architectures japonaises à Paris" explique comment les architectes japonais ont écrit avec Paris "une histoire singulière et méconnue", riche de multiples rencontres et de projets.

Jusqu'au 24 septembre prochain, au deuxième étage du Pavillon de l'Arsenal*, situé au 21 boulevard Morland, 4ème arrondissement de de la capitale, l'exposition "Architectures japonaises à Paris" suscite la curiosité. Grâce à de nombreuses, maquettes, croquis, documents et films, cette exposition temporaire retrace, en effet, 150 ans d'architecture japonaise à Paris.

 

"Les architectes japonais écrivent avec Paris une histoire singulière et méconnue, riche de multiples rencontres, expositions et installations, projets et réalisations emblématiques", a rappelé Le Pavillon de l'Arsenal, le 27 juin 2017, à l'occasion de son lancement, en présence de Masato Kitera, ambassadeur du Japon en France et Anne Hidalgo, maire de Paris.

 

De la Collection Pinault au Learning Center à Saclay en passant par la transformation de la Samaritaine

 

L'exposition et l'ouvrage piloté par le commissaire scientifique invité, Andreas Kofler, architecte urbaniste, qui l'accompagne révèlent ainsi pour la "première fois" ce dialogue entre deux cultures entamé dès la fin du 19ème siècle et qui se traduit aujourd'hui par une dizaine de constructions majeures. Les plus symboliques récemment livrées dans la métropole parisienne sont la Collection Pinault - Paris dans la Bourse de Commerce (Tadao Ando), le Learning Center à Saclay (Kengo Kuma & Associates), le projet Mille arbres (Sou Fujimoto), l'immeuble-pont Aurore à Paris Rive Gauche (Kengo Kuma) ou encore la Seine musicale (Shigeru Ban) à Boulogne-Billancourt et enfin la transformation des grands magasins de la Samaritaine, (l'agence Sanaa, prix Pritzker 2010).

 

*L'entrée aux expositions est accessible gratuitement jusqu'au 24 septembre au 21 boulevard Morland, 4ème arrondissement de Paris de 11 à 19 heures du mardi au dimanche. Visite guidée de l'exposition par Andreas Kofler, architecte, urbaniste et commissaire, le samedi 23 septembre à 15 heures.

 

Découvrez dès la page 2, la suite de l'article.

 

actionclactionfp

L'arrivée des architectes Kunio Maekawa et Junzo Sakakura venus découvrir la modernité auprès de Le Corbusier.

L'exposition "Architectures japonaises à Paris" au Pavillon de l'Arsenal à Paris
L'exposition "Architectures japonaises à Paris" au Pavillon de l'Arsenal à Paris © Antoine Espinasseau
"Si les échanges culturels entre le Japon et la France existent depuis l'ère Meiji (1868-1912), notamment avec la création de pavillons temporaires pour les différentes expositions internationales, rappelle le Pavillon de l'Arsenal, ils s'intensifient à partir de 1928 avec l'arrivée des architectes Kunio Maekawa et Junzo Sakakura venus découvrir la modernité auprès de Le Corbusier."

 

Les figures fondatrices de l'architecture japonaise à l'honneur

L'exposition "Architectures japonaises à Paris" au Pavillon de l'Arsenal à Paris
L'exposition "Architectures japonaises à Paris" au Pavillon de l'Arsenal à Paris © Antoine Espinasseau
Portées ensuite par le "très nippophile" maire de Paris Jacques Chirac, les figures fondatrices de l'architecture japonaise moderne Kisho Kurokawa, Kenzo Tange ou Tadao Ando ont mis en valeur leurs premières réalisations parisiennes dans les années 1980-1990 au Grand écran, à La Défense ou à l'Unesco.

 

Toyo Ito, Kazuyo Sejima, Ryue Nishizawa, Shigeru Ban ou encore Kengo Kuma : une génération émergente d'architectes

L'exposition "Architectures japonaises à Paris" au Pavillon de l'Arsenal à Paris
L'exposition "Architectures japonaises à Paris" au Pavillon de l'Arsenal à Paris © Antoine Espinasseau
Ces architectures ont alors ouvert la voie à la génération émergente d'architectes japonais à la fin du 20ème siècle dont Toyo Ito, Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, Shigeru Ban ou encore Kengo Kuma.

L'idée d'un patrimoine commun, construit ou théorique, liant les architectes nippons et français

L'exposition "Architectures japonaises à Paris" au Pavillon de l'Arsenal à Paris
L'exposition "Architectures japonaises à Paris" au Pavillon de l'Arsenal à Paris © Antoine Espinasseau
Enfin, l'exposition traduit l'idée d'un patrimoine commun, construit ou théorique, liant les architectes nippons et français comme Junzo Sakakura et Charlotte Perriand hier, et aujourd'hui Sou Fujimoto avec Manal Rachdi ou Laisné-Roussel, Shinichi Kawakatsu et Benjamin Aubry, Atelier Bow-Wow et Brunnquell & André ou l'agence NeM au coté de Tadao Ando.

 

Au Pavillon de l'Arsenal, les plus sportifs ont la possibilité jusqu'au 3 septembre prochain de redescendre, du deuxième étage de l'exposition japonaise et de partir vers le mur d'escalade installé à l'intérieur du musée au rez-de-chaussée. Il a été mis à disposition pour les journées olympiques.