Pour l'une des 16 premières gares à ouvrir en 2022, David Trottin estime que l'enjeu est de "susciter une expérience de la grande hauteur". "La gare sera donc très profonde, c'est donc tout l'enjeu pour les gens qui sortent de la gare comme pour ceux qui y arrivent, explique le porteur du projet. Nous avons voulu que l'on contemple une grande trémie centrale, une ouverture qui crée un grand vide en forme de losange, bordé d'escaliers et d'escalators." Le sentiment de grande hauteur sera animée par le parcours des voyageurs.

 

"Valoriser la profondeur, la rendre tellurique"

 

Les architectes ont souhaité également que "l'orientation soit naturelle, car la première fonctionnalité de la gare, c'est sa spatialité." Autrement dit, pour David Trottin, "il ne faut jamais être perdu dans une gare", aime-t-il répéter. L'objectif étant de "valoriser la profondeur, la rendre tellurique, jouer sur une matière qui mobilise des veines cristallines." L'architecte insiste sur le fait de vouloir concevoir "des cristaux, des pépites, des zones d'intensité qui font oublier la grandeur…"

actioncl