Le chef de l'Etat a salué, ce samedi 31 octobre, au Mont-Saint-Michel "le succès" du rétablissement de son caractère maritime, qui redonne au site son insularité, et appelé à "la solidarité de l'État" pour sa préservation future. A ses côtés, Luc Weizmann, l'architecte du barrage sur le Couesnon, la clé de voûte de ce projet, et Dietmar Feichtinger, l'architecte de la passerelle qui permet désormais d'accéder au Mont. Visite inédite.

C'est une histoire de plus de 20 ans et surtout de 10 ans de travaux qui s'est achevée, ce samedi 31 octobre 2015, sous un soleil radieux. "Vous avez ici un site exceptionnel (...) vous y habitez, mais vous en avez aussi la responsabilité, vous devez lui garder, avec les élus qui vous accompagnent, son caractère singulier, unique au monde, vous devez avoir la solidarité de l'État", a signalé le président de la République en visite éclair au Mont-Saint-Michel (Manche) pour inaugurer le rétablissement de son caractère maritime.

 

Profitant de son premier bain de de foule au Mont-Saint-Michel, après François Mitterand en 1984, 1988 et Jacques Chirac en 1995, le chef de l'État a salué le "succès" des travaux, initiés en 2006 après une étude de projet de près de dix ans, symbole de la "noblesse de l'action collective" entre élus "au-delà des sensibilités, des alternances et des territoires".

 

"C'est ainsi la conclusion de ce gigantesque chantier, d'un budget public de 185 millions d'euros", qui permet désormais à la mer de ceinturer le Mont-Saint-Michel près de la moitié de l'année. Et surtout, la nouveauté de baigner le pied du rocher, recouvrant ainsi une partie de l'esplanade, une vingtaine de jours par an.

2,5 millions de visiteurs par an

Rappelant la vocation touristique de la France, François Hollande a jugé qu'il fallait "s'ouvrir aux autres parce que les touristes sont pour beaucoup des étrangers". Et d'ajouter : "La France, ce n'est pas un musée." D'ailleurs, au sujet du Mont-Saint-Michel, l'Etat continuera d'investir sur ce site classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco en 1979. C'est effectivement l'un des sites touristiques les plus visités de France, qui accueille en moyenne 2,5 millions de visiteurs chaque année.

 

"Le Mont-Saint-Michel est pour la France ce que c'est la pyramide pour l'Egypte"

 

Enfin, le chef de l'Etat a rappelé la phrase de Victor Hugo, du 14 juin 1884 : "Le Mont-Saint-Michel est pour la France ce que c'est la pyramide pour l'Egypte". Désormais, l'accès en voiture est autorisé et le parking est transféré à trois kilomètres des remparts sur la terre ferme. Le visiteur peut se rendre au site patrimonial par des navettes qui fonctionnent sept jours sur sept, 24 heures sur 24, ou également à pied.

 


Luc Weizmann et Dietmar Feichtinger : "Il fallait se taire devant cette merveille"
Visite de François Hollande le 1er novembre 2015 pour l\'inauguration du rétablissement du caractère martime du Mont Saint Michel
De gauche à droite : Dietmar Feichtinger et Luc Weizmann © S.C.Batiactu
Luc Weizmann, l'architecte du barrage sur le Couesnon, la clé de voûte de ce projet de rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel , et Dietmar Feichtinger, l'architecte autrichien de la passerelle qui permet désormais d'accéder au Mont, nous ont confié leur émerveillement à l'issue de dix ans de travaux . "C'est un moment très symbolique et très émouvant, surtout pour les partenaires de cet immense projet qui a vu le jour après près de vingt ans d'études et d'aménagement", nous ont-ils confié en présence de l'architecte Jean-Paul Porchon, conducteur principal du projet. "J'ai travaillé 17 ans sur ce projet, et je suis très content et très ému de voir le résultat", a témoigné aussi Jean-Paul Porchon.

"Pas un long fleuve tranquille"

Les travaux du Mont-Saint-Michel n'ont pas été un long fleuve tranquille, reconnaissent les trois architectes. Il y a eu de grandes réalisations : le barrage sur le Couesnon mis en service en 2009, la modification de l'accueil et des accès au site avec en 2012 la mise en service du nouveau parking, accompagné de navettes. L'année dernière, le pont passerelle a été inauguré et cette année en 2015 la destruction de la digue route a achevé le tout.

 

"L'effet souhaité est celui de baliser le chemin d'accès au site tout en restant en retrait par rapport au Mont-Saint-Michel. La jetée s'avance lentement et progressivement vers le Mont-Saint-Michel et la mise en lumière souligne cette approche délicate (...) Nous avons recherché un trait lumineux, en continu et homogène qui se fond dans l'horizon", ajoute Dietmar Feichtinger.

 

Et de conclure : "Le plus gros travail a consisté à le rendre évident et chaque élément est devenu un sujet." A son tour, Luc Weizmann reconnait : "Il fallait se taire devant le Mont-Saint-Michel, effectivement, cela fait quinze ans, que je suis sur ce projet, j'ai commencé dès 2000 à travailler en amont sur ce projet. Je suis à ce jour très touché."

 

Découvrez dès la page 2, le site du Mont-Saint-Michel à l'issue de l'inauguration.
actionclactionfp