Face à la montée en puissance des énergies vertes et de l'autoconsommation, Enedis a annoncé qu'il allait tester de nouveaux moyens pour mieux les intégrer dans son réseau. Précisions.

Si le développement des énergies renouvelables est en plein essor, tout comme l'autoconsommation, encore faut-il que le réseau électrique puisse suivre. Lors d'une conférence de presse ce jeudi 23 novembre 2017, Enedis a annoncé qu'il allait tester de nouveaux moyens pour mieux intégrer les énergies renouvelables au système électrique, notamment en Vendée et en Champagne-Ardennes. Le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité est en effet confronté à la montée en puissance des énergies vertes en France ainsi qu'à l'émergence de l'autoconsommation, qui permet aux particuliers, entreprises et collectivités, de produire eux-mêmes leur électricité grâce à des panneaux solaires. "95% des énergies renouvelables sont reliées au réseau de distribution (...) et historiquement notre réseau n'avait pas été conçu" pour les intégrer, a expliqué Antoine Jourdain, directeur délégué d'Enedis, lors d'une conférence de presse.


Une nouvelle manière de raccorder un parc éolien et parc un solaire en Vendée

 

Aujourd'hui, l'opérateur investit 1,4 milliard d'euros par an dans le raccordement de nouveaux moyens de production électrique. Mais pour accueillir cette nouvelle production dans les années qui viennent et pour le rendre plus à même de gérer ces énergies intermittentes, de nouveaux ouvrages devront être créés. Ainsi, dès le mois prochain, Enedis annonce qu'il va expérimenter une nouvelle manière de raccorder un parc éolien et un parc solaire en Vendée.

 

Actuellement, si le réseau n'était pas capable d'assimiler la puissance d'un nouveau parc, le développeur de ce projet devait attendre qu'Enedis fasse les travaux nécessaires, ce qui pouvait prendre beaucoup de temps et pénaliser la viabilité financière du projet. Or, les installations éoliennes et solaires ne produisent que rarement à pleine puissance. Enedis proposera donc au développeur d'accepter, par contrat, que la puissance injectée dans le réseau soit réduite en échange d'un raccordement plus rapide. "Nous souhaitons industrialiser ces offres dès l'année prochaine", avance Hervé Lextrait, chef du département Producteurs d'Enedis, même si pour l'instant le cadre réglementaire manque pour généraliser ces "offres de raccordement intelligentes".

 

Des voitures électriques et parc éolien en Champagne-Ardennes

 

Une autre expérimentation sera lancée l'an prochain en Champagne-Ardennes, principale région éolienne de France. Il s'agira de recharger des véhicules électriques grâce au pilotage de l'électricité produite dans des parcs éoliens et d'utiliser les réserves de courant dans les batteries des véhicules pour aider le réseau électrique lorsque les éoliennes ne tournent pas.

 

Enedis est en train de finaliser l'élaboration d'un consortium réunissant des collectivités, une start-up, un fabricant de borne de recharge et un constructeur automobile. L'objectif est de tester ce dispositif sur des flottes d'entreprises ou de collectivités. Une maison de champagne est d'ores et déjà volontaire. Un projet similaire est à l'étude à Marseille.
actionclactionfp