Une nouvelle expérimentation du Passeport de rénovation énergétique va être menée avec le concours de Direct Energie. Elle fait suite à une première campagne, lancée à la fin de 2015, avec un autre énergéticien français, Engie. En tout, 1.000 opérations de rénovation thermique devraient être menées dans les 16 mois.

Après Engie, c'est au tour de Direct Energie de se lancer dans l'expérimentation du "Passeport de rénovation énergétique". Une convention en ce sens a été signée au mois de juillet dernier entre l'Etat et l'énergéticien. Le but ? Accompagner 1.000 ménages dans des travaux d'isolation et de chauffage de leurs logements, afin de parvenir à maîtriser les consommations d'énergie.

 

Le passeport, évoqué en 2014 puis testé en 2015, consiste en un audit de l'habitat, gratuit pour le ménage - financé par l'énergéticien - qui débouche ensuite sur une proposition de travaux personnalisés. Ces aménagements devront être réalisés par des entreprises du bâtiment qualifiées RGE "Rénovation globale". Le dispositif ne doit pas être confondu avec le Diagnostic de Performance Energétique (DPE), obligatoire lors des seules transactions immobilières, ni avec l'audit énergétique instauré dans les grandes copropriétés. Ce passeport s'adresse en effet aux logements individuels construits avant le 1er janvier 2000 et implantés dans les Territoires à énergie positive pour la croissance verte.

 

Le dispositif sera financé par les fournisseurs d'énergie en contrepartie d'une conversion en Certificats d'économie d'énergie (CEE). Au-delà de cette participation économique, ils devront apporter leur expertise en matière d'efficacité énergétique. Grâce à leur bonne connaissance des consommations des ménages, ils pourront prodiguer des conseils concrets adaptés à chaque situation et accompagner les foyers dans leur parcours.
actionclactionfp