PANORAMA. Pas moins de 144 immeubles de très grande hauteur (plus de 200 mètres) ont été achevés cette année, selon le Council on Tall Buildings & Urban Habitat. Et c'est en Chine que plus de la moitié d'entre eux se trouvent. L'Empire du Milieu a largement détrôné les Etats-Unis et les différents émirats du Golfe. Tour d'horizon.

La folie des grandeurs est toujours d'actualité. Ou plutôt des hauteurs. C'est en 2017 que le plus grand nombre d'immeubles de plus de 200 mètres a été achevé dans le monde. Si le Council on Tall Buildings & Urban Habitat (CTBUH) note que ces réalisations démesurées ont été édifiées dans 23 pays du monde, il n'en reste pas moins que c'est en Chine que tout se passe, ou presque. Ce pays rassemble, à lui seul, 53 % des 144 tours terminées cette année et se paie le luxe de décrocher le titre de plus haut gratte-ciel de l'année avec le Ping An Finance Center de Shenzhen, qui tutoie les 600 mètres ! La ville (sous-provinciale) du Guangdong place même une deuxième tour dans le top 10 de 2017, avec le Hon Kwok City Center (voir encadré).

 

Autre point focal de la construction de très grande hauteur, Dubaï, qui place cette année trois gratte-ciel dans le classement des dix plus hautes constructions. La tour Marina 101 obtient même le titre honorifique de plus haut immeuble d'habitation du monde - les autres tours comprenant généralement des bureaux et/ou des hôtels - puisque l'édifice atteint les 425 mètres de haut. C'est d'ailleurs un des enseignements intéressant de l'étude du CTBUH : les tours purement tertiaires ne représentent plus que 38,9 % de l'ensemble, talonnées par les tours de logements (34 %) et les tours d'usage mixte y compris les hôtels (27,1 %). Autre donnée statistique révélée par le rapport annuel, plus de la moitié des immeubles sont conçus principalement en béton (51,4 %). Les solutions composites ou hybrides, mêlant béton et acier, arrivent en seconde position (47,2 %) alors que les tours 100 % métal sont extrêmement rares (1,4 %).

 

L'Asie se hérisse, pas l'Europe

 

Outre la Chine et Dubaï, rares sont les villes à placer des immeubles dans ce top 10. Séoul parvient à décrocher une belle seconde place, avec son Lotte World Tower pyramidal, qui présente des airs du Shard londonien… mais en plus grand. Et l'Amérique du Nord sauve l'honneur en plaçant un immeuble dans le classement, à la 6e place. Détail : ce n'est pas à Manhattan, ni à Chicago, les deux villes de naissance des gratte-ciel, qu'a poussé cette tour, mais à Los Angeles. Conséquence de la mainmise asiatique sur le classement, l'Europe n'y figure pas.

 

Le CTBUH précise que plus de 75 % des 144 projets construits en 2017 l'ont été en Orient, loin devant l'Amérique du Nord (10 %) et le Moyen-Orient (6,3 %). L'Europe n'arrive qu'en quatrième position avec 2,8 % des immeubles achevés, à égalité avec l'Amérique latine. L'Océanie parvient à 1,4 % du total et devance l'Afrique (0,7 %). Des niveaux en progression par rapport à 2016 (+13 %) mais qui devraient être battus dès 2018, puisque 160 chantiers devraient être livrés l'an prochain. L'âge d'or des tours est loin d'être révolu ! Quant au record absolu, toujours détenu par la Burj Dubai, il ne devrait être battu qu'en 2019 par la Kingdom Tower de Djeddah, dont l'achèvement a été repoussé.

 

Les 10 plus hautes tours mondiales terminées en 2017 :
1. Ping An Finance Center (Shenzhen, Chine) 599 mètres (115 étages)
2. Lotte World Tower (Séoul, Corée) 555 m (123 étages)
3. Marina 101 (Dubaï) 425 m (101 étages)
4. The Address Boulevard (Dubaï) 370 m (73 étages)
5. Ahmed Abdul Rahim al Attar Tower (Dubaï) 342 m (76 étages)
6. Wilshire Grand Center (Los Angeles, Etats-Unis) 335 m (62 étages)
7. Yuexiu Fortune Center (Wuhan, Chine) 330 m (69 étages)
8. Hon Kwok City Center (Shenzhen, Chine) 329 m (80 étages)
9. Yantai Shimao No1 (Yantai, Chine) 323 m (59 étages)
10. Zhuhai Saint Regis Tower (Zhuhai, Chine) 323 m (61 étages)

 

Découvrez quelques-uns des principaux gratte-ciel de ce classement en images dans les pages suivantes
actionclactionfp