INTERVIEW. Satisfaits de la décision gouvernementale de rediscuter les décrets d'application du principe de Zéro artificialisation nette (Zan), les aménageurs appellent à aller plus loin pour éviter les "effets pervers" de la loi Climat et résilience.


Alors que le nouveau ministre du Logement et de la ville, Christophe Béchu, s'est dit prêt, devant la bronca provoquée par les décrets d'application de la loi Climat et résilience, à rouvrir le dossier du Zéro artificialisation nette, François Rieussec, président de l'Union nationale des aménageurs (Unam), appelle à revoir toute la logique de lutte contre l'urbanisation, pour éviter les effets pervers d'une "vision dualiste" qui, en façade, sanctuariserait les espaces naturels agricoles et forestiers (Enaf), mais encouragerait dans les fait la construction dans le diffus, plutôt que des opérations d'aménagement qui seraient plus en mesure de prendre en compte les fonctions des sols et d'apporter la qualité environnementale souhaitable.

 

 

Batiactu : Le Gouvernement a ouvert la voie à une réécriture des décrets Zan, qu'en attendez-vous ?

 

Il vous reste 79% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp