A l'occasion d'un forum dédié aux acteurs locaux, la Caisse des Dépôts et consignations a annoncé la mise en place de huit démonstrateurs territoriaux, en partenariat avec les collectivités locales. Ils seront chargés d'expérimenter la démarche de co-construction de la ville de demain.

Le groupe Caisse des Dépôts (CdC) se mobilise pour instaurer une approche globale de la ville intelligente. Car l'établissement est positionné sur la totalité de la chaîne de valeur en étant concepteur, financeur et opérateur des projets. Dans un communiqué, il résume être "en capacité, en tant qu'ensemblier, d'accompagner les collectivités locales à chaque étape de leur projet". Afin d'expérimenter une démarche de co-construction et d'offre de services multicanal, le directeur général du groupe, a annoncé la mise en place de huit démonstrateurs territoriaux.

 

En plus de six métropoles régionales, deux sites ont été retenus en région parisienne (Plaine commune) : le parc tertiaire des Portes de Paris et le futur village olympique de Paris 2024. Ce dernier, situé à cheval sur les communes de l'Île-Saint-Denis, Saint-Ouen et Saint-Denis, a pour ambition de devenir "une vitrine internationale du savoir-faire français en matière de conception de la ville intelligente", précise la CdC. Plus de 50 projets seront développés sur ces huit sites, selon les attentes des collectivités, afin de répondre aux problématiques de fluidité des transports, d'adaptabilité du bâti, d'optimisation temporelle des usages des équipements et espaces publics, de maîtrise des consommations ou de réduction des émissions de gaz à effet de serre…

 

A chaque territoire ses problématiques propres

 

Ainsi, à Besançon, ce sont un pôle d'excellence numérique et une plateforme de diffusion des contenus patrimoniaux et culturels qui seront expérimentés. Pour Bordeaux, les problématiques seront liées à la gestion de données de mobilité et de tourisme, ainsi qu'à la construction de bâtiments réversibles. C'est à Lyon que seront testées des solutions d'amélioration de la qualité de l'air, tout comme d'autres innovations portant sur l'énergie et les flux de circulation. Les modes de construction du futur, comme l'impression 3D, seront expérimentés à Nantes, tandis que les outils de gestion de données pour l'optimisation du partage et la production de nouveaux services urbains seront mis au point à Nice. Enfin, c'est à Toulouse que des véhicules autonomes seront déployés dans le cadre d'une stratégie de mobilité à l'échelle du territoire. Quant aux deux sites franciliens, ils se pencheront sur la réversibilité des équipements et la transformation des déchets en énergie consommée localement.

actionclactionfp