"Nous avons ce problème originel de l'emprise au sol, qui est un véritable timbre-poste ! Le foncier constitue une véritable difficulté. Sur 700 m² de superficie, les galeries techniques, réseaux d'énergies et autres installations réduisent encore plus l'espace, si bien qu'on se retrouve au bout du compte avec seulement 500 m² de surface." Les efforts de la tour sont ainsi concentrés sur une surface exceptionnellement réduite, ce qui accentue ce phénomène de "cuvette de tassement" qui se crée naturellement sous ce genre de construction. En son point le plus bas, Alto devrait s'enfoncer de 9 cm sous son poids propre.

 

Alto présente donc une physionomie et des contraintes de mise en œuvre complexes et atypiques, un challenge de taille pour les équipes du major. « La géométrie minimaliste et asymétrique des infrastructures imposée par le site a donné naissance à une structure complexe. Ainsi, les 35 niveaux supérieurs sont posés sur le niveau de transfert situé au R+4 auquel est suspendu le socle de la tour (SS 2 à R+3). Il en résulte que ce socle est un véritable ouvrage de génie civil. »

actioncl