ENTREPRENEURIAT. La proportion de micro-entrepreneurs toujours actifs trois ans après leur immatriculation est de 36% dans le secteur de la construction, soit l'un des chiffres les plus bas, tous secteurs d'activité confondus.

En 2017, 36% des auto-entrepreneurs immatriculés au premier semestre 2014 étaient toujours actifs sous ce régime juridique. C'est ce qui ressort d'une étude de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publiée ce 11 juillet 2019, qui rappelle que l'année 2014 avait enregistré 551.000 créations d'entreprises, dont 283.500 immatriculations (51%) sous le régime d'auto-entrepreneur - rebaptisé depuis micro-entrepreneur. D'une manière générale, 66% des personnes s'étant immatriculées comme tel ont démarré une activité économique, tandis que 34% n'ont pas déclaré de chiffre d'affaires au cours de leurs 8 premiers trimestres d'exercice, et sont donc considérés comme n'ayant pas débuté d'activité entrepreneuriale. Sur les 66% ayant démarré une activité, 36% sont toujours actifs sous le régime juridique du micro-entrepreneur, mais 30% ont mis un terme à leur activité. Au total, 54% des professionnels ayant débuté leur activité s'avèrent pérennes trois ans après, sachant que la longévité des entreprises dites classiques est bien plus élevée, de l'ordre de 75%, y compris chez les entrepreneurs individuels classiques, à hauteur de 63%. A noter également : la génération 2014 affiche une part plus élevée d'auto-entrepreneurs toujours actifs trois ans après leur immatriculation que la génération 2010, avec respectivement 36% contre 30%.

 

Le secteur de la construction représente 13% du total des immatriculations d'auto-entrepreneurs

 

Mais l'Insee souligne que la pérennité de l'activité d'un micro-entrepreneur est fonction du secteur d'activité dans lequel il évolue. Le secteur de la construction se retrouve ainsi parmi les mauvais élèves, avec une proportion de professionnels toujours actifs trois ans après leur immatriculation de seulement 36%. A l'inverse, le secteur de la santé et de l'action sociale affiche une proportion de 60%. Paradoxalement, le bâtiment et les travaux publics constituent pourtant l'un des secteurs où les immatriculations sont les plus nombreuses. Des écarts que l'institut explique en partie par une propension au démarrage de l'activité plus élevée dans la santé et l'action sociale (83%) que dans la construction (65%) ou même le commerce (54%).

 

Dans le détail, on retiendra que le secteur de la construction représente 13% du total des immatriculations d'auto-entrepreneurs, et que l'ensemble des professionnels dont l'activité a démarré affichent un taux de pérennité à 3 ans de 55% (59% en activité principale, 49% en activité complémentaire). Les entrepreneurs individuels classiques disposent pour leur part d'un taux de pérennité à 3 ans de 62%. Par ailleurs, le secteur des activités immobilières ne représente qu'1% du total des immatriculations, avec un taux de démarrage de 55%. Trois ans après leur lancement, la proportion d'actifs est de 27%, avec un taux de pérennité à 3 ans de 49% pour l'ensemble des micro-entrepreneurs ayant démarré (51% en activité principale et 43% en activité de complément). Du côté des entrepreneurs individuels classiques, ce taux est de 46%.

 

La longévité des auto-entrepreneurs augmente proportionnellement avec leur âge

 

Dans la même étude et d'une manière générale, l'Insee indique que la longévité des auto-entrepreneurs augmente proportionnellement avec leur âge : pendant que 28% d'entre eux qui ont moins de 30 ans sont actifs trois ans après leur immatriculation, 44% de ceux qui ont 50 ans ou plus ont toujours leur activité après ce même laps de temps. Chez les entrepreneurs individuels classiques, la pérennité la plus forte s'observe sur la tranche 30-54 ans. De plus, la proportion d'auto-entrepreneurs actifs au bout de trois ans est de 41% pour les femmes, contre 33% pour les hommes. L'institut constate aussi que la longévité de l'activité est plus conséquente en cas de vie de couple, tant pour les hommes que pour les femmes, mais qu'en revanche l'expérience professionnelle et le niveau de diplôme n'ont que des effets marginaux.

 

D'autres enseignements sont à tirer de cette enquête de l'Insee : 43% des auto-entrepreneurs basés dans des communes rurales sont toujours actifs trois ans après leur immatriculation, contre 34% dans les agglomérations urbaines. En outre, la proportion de professionnels toujours actifs trois ans après leur inscription est de 32% pour les projets lancés sans investissement initial, contre 40% pour ceux ayant investi au moins 1 euro. Et parmi les micro-entrepreneurs enregistrés au premier semestre 2014, 36% ont bénéficié d'un dispositif d'aide quand ils montaient leurs projets, comme l'Aide aux chômeurs créateurs d'entreprises (Accre). Parmi eux, 42% sont toujours actifs au bout de trois ans, contre 33% de ceux n'ayant pas bénéficié d'une aide quelconque. On notera également que la pérennité est plus élevée pour ceux dont le projet est devenu l'activité principale par rapport à ceux dont le projet est une activité de complément - respectivement 67% et 62%.

 

Un chiffre d'affaires moyen de 14.100 € dans la construction

 

Dans le secteur de la construction, le chiffre d'affaires moyen réalisé en 2016 pour des auto-entrepreneurs immatriculés en 2014 s'est élevé à 14.100 € pour l'ensemble (16.400 € pour une activité principale et 10.500 € pour une activité de complément). Dans le secteur des activités immobilières, cette moyenne d'ensemble se chiffre à 14.900 € (16.300 € pour une activité principale et 13.000 € pour une activité complémentaire). Qui plus est, l'Insee observe qu'un professionnel titulaire d'un diplôme déclare en moyenne un chiffre d'affaires annuel supérieur de 1.300 euros à celui d'un micro-entrepreneur sans qualification. Et si la personne possède déjà une expérience dans le même métier, son chiffre d'affaires est même supérieur de 3.000 euros à celui d'un auto-entrepreneur dénué d'expérience. De plus, un professionnel qui a investi au démarrage de son activité déclare en moyenne un chiffre d'affaires supérieur là aussi de 1.300 euros à celui d'un micro-entrepreneur n'ayant procédé à aucun investissement. Et en cas d'investissement réalisé au cours des trois dernières années, la différence s'établit à +1.400 euros. D'ailleurs, 54% des auto-entrepreneurs immatriculés en 2014 et pérennes à trois ans se déclarent satisfaits de leurs chiffres d'affaires par rapport à leurs objectifs. Enfin, ils sont 63% à être satisfaits et 22% très satisfaits de leurs projets en général. Un tiers s'avère également satisfait de leur activité mais pas de leur chiffre d'affaires.

 

Enfin, 27% des micro-entrepreneurs déclarent rencontrer régulièrement des problèmes de trésorerie, à cause de baisses de chiffres d'affaires, de délais et de retards de paiements des clients, sans oublier les hausses d'impôts, de taxes et de cotisations. Dans la construction, 31% des personnes déclarées subissent des difficultés de trésorerie.

actionclactionfp