A Paris, le projet de la tour Triangle, porte de Versailles, imaginé par les architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron rencontre un obstacle politique. La maire de Paris Anne Hidalgo a reconnu avoir un "problème de majorité" concernant l'édifice dont la construction pourrait être bloquée à l'occasion d'un vote du Conseil de Paris en novembre prochain.

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) a reconnu ce lundi 20 octobre avoir un "problème de majorité" concernant la Tour Triangle, dont la construction pourrait être bloquée à l'occasion d'un vote du Conseil de Paris en novembre. Une délibération concernant le déclassement du terrain où doit s'élever la tour doit être soumise au vote des élus lors du prochain Conseil de Paris, les 17 et 18 novembre, nous a confirmé la mairie de Paris.

 

"Sur ce sujet là, j'ai un problème de majorité", a admis Anne Hidalgo, qui n'est pas soutenue par les seize élus écologistes sur ce projet de gratte-ciel à la Porte de Versailles. "Je ne souhaite pas traîner ce sujet en essayant de cacher qu'il y a une majorité différente. Je veux que ce soit tranché. Je préfèrerais que ce soit tranché positivement, que cette tour puisse voir le jour parce que cela me parait important pour Paris. Si la majorité n'existait pas au Conseil de Paris, j'en prendrais acte. Je ne vivrai pas cela comme une défaite", a-t-elle expliqué.

Un "désaccord assumé"

La maire ne demandera pas à ses adjoints Verts de voter pour ou même de s'abstenir sur ce projet, qui fait l'objet d'un "désaccord assumé" depuis la campagne des municipales, a-t-elle précisé. La droite, en situation d'"arbitre", "prendrait une très lourde responsabilité" si elle "n'accompagnait pas le projet".

 

Devant culminer à 180 m, la tour dessinée par les architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron et portée par le promoteur Unibail Rodamco doit accueillir 88.000 m² de bureaux et 2.600 m² d'espace accessible au public. Le coût de sa construction était estimé en 2011 à 535 millions d'euros.

 

Anne Hidalgo a par ailleurs annoncé lors du conseil de Paris qui s'est achevé mardi 21 octobre son intention d'avancer sur d'autres projets d'urbanisme. Ainsi "la rénovation de la Place des Fêtes (Ndlr: dans le XIXe, pour un coût d'une dizaine de millions d'euros) inaugurera à la fin de l'année 2015 le grand programme de réhabilitation des places parisiennes" de la mandature, a-t-elle dit dans sa communication sur le budget. En outre, "de nouvelles ambitions urbaines seront étudiées, notamment à la Porte Maillot, la Porte de Montreuil, dans le quartier de la Gare Montparnasse et sur Bercy-Charenton".

actionclactionfp