PROJET. Ce 23 juillet 2019, le Conseil d'Etat a confirmé l'annulation d'un arrêté préfectoral de 2013 ouvrant la voie à la construction d'un vaste centre commercial baptisé Val Tolosa, et situé dans l'ouest de Toulouse. Le complexe n'en est pas à son premier déboire judiciaire et se retrouve ainsi sérieusement menacé.

Le centre commercial Val Tolosa a du plomb dans l'aile. Ce 23 juillet 2019, le Conseil d'Etat a confirmé l'annulation d'un arrêté préfectoral daté de 2013 et autorisant la destruction d'espèces protégées, un des préambules à la construction du complexe. Les détracteurs du projet, nombreux, sont évidemment satisfaits de cette nouvelle décision judiciaire qui plombe encore un peu plus l'avenir de ce centre commercial : "C'est une victoire décisive, c'est un projet inutile, c'est un projet délétère pour l'environnement, c'est un projet d'un autre âge", a taclé Pascal Bardier, un des co-présidents de l'association "Non à Val Tolosa", selon l'Agence France Presse. Jugé "pharaonique", le programme initialement nommé Portes de Gascogne, puis rebaptisé Val Tolosa, prévoit 63.000 m² de commerces implantés sur la commune de Plaisance-du-Touch, dans la banlieue ouest toulousaine. Mais l'édification du site impliquerait la destruction d'aires naturelles abritant des espèces protégées.

 

C'est pour cette raison que les associations "Non à Val Tolosa", France Nature Environnement et Nature Midi-Pyrénées ont engagé un recours en excès de pouvoir contre un arrêté préfectoral en date du 29 août 2013 autorisant deux promoteurs, SAS PCE et SNC Foncière Toulouse Ouest, de débuter les travaux. Auparavant, le tribunal administratif de Toulouse avait déjà annulé l'arrêté en avril 2013, une décision confirmée en juillet 2017 par la cour administrative d'appel de Bordeaux puis cette année par la plus haute juridiction administrative. Pour motiver sa décision de rejet du pourvoi présenté par les deux sociétés immobilières, le Conseil d'Etat a notamment considéré "que le projet ne répondait pas à une raison impérative d'intérêt public majeur suffisante pour justifier les atteintes à la protection des espèces".

 

Objet d'une bataille judiciaire depuis une quinzaine d'années, le centre commercial Val Tolosa se retrouve encore un peu plus fragilisé par ce dernier rebondissement. En effet, deux permis de construire ont déjà été annulés, et un troisième est actuellement l'objet d'un recours qui sera examiné prochainement par le tribunal administratif de Toulouse.

actionclactionfp