Choisi par François Pinault pour préparer le nouveau site d'exposition de sa collection d'art contemporain à la Bourse du Commerce, en plein Paris, l'architecte autodidacte Tadao Ando a dévoilé son projet : un cylindre de béton niché au creux de l'immense atrium du bâtiment historique. En tout, 3.000 m² d'espaces d'exposition doublés d'un auditorium de 300 places. Découverte.

Les qualificatifs n'ont pas manqué à la maire de Paris, ni au collectionneur d'art François Pinault pour décrire le projet architectural qui doit prendre place au centre de la Bourse du Commerce, à la rue du Louvre (1er arrondissement de la capitale). Imaginé par Tadao Ando - qui avait déjà participé aux projets de François Pinault à Venise (Palazzo Grassi et Punta della Dogana) - il est pourtant d'une grande simplicité : emboîter un cylindre creux de béton au cœur d'un édifice datant du 19e siècle, sous une impressionnante verrière de 35 mètres de hauteur.

 

Anne Hidalgo déclare : "Je salue la qualité et la beauté du projet qui nous est présenté aujourd'hui par les architectes et maîtres d'œuvre (…) Le cylindre conçu par Tadao Ando constituera un lieu d'exposition privilégié (…) En faisant dialoguer patrimoine et innovation, en misant sur la lumière, la hauteur de plafond et la fluidité, ce projet architectural incarne pleinement la vision de l'art et la culture que porte François Pinault, et qui vient répondre à ce que je défends pour Paris". De son côté, le milliardaire répond : "Le choix de Tadao Ando s'est imposé comme une évidence. Tadao Ando est l'un des rares architectes à savoir concilier avec subtilité le dialogue entre l'architecture et son contexte, le passé et le présent, la radicalité et la discrétion, comme il l'a montré avec brio à Venise".

 

Un cylindre de béton sous une coupole de verre

 

Concrètement, le cylindre aux parois lisses, percé de quatre ouvertures identiques, s'inscrit dans le plan circulaire de la Bourse du Commerce et contribue à créer une galerie-couloir entre son mur extérieur et le mur intérieur de la façade, dessinée par Blondel. Dans le nouvel espace ainsi créé, s'insèrent les escaliers qui desservent deux niveaux de salles d'exposition et l'auditorium de 300 places, créé au sous-sol. L'architecte japonais précise : "Mon intention est de faire s'enchaîner avec force des séquences d'espaces très variés découlant de la combinaison de la rotonde et du cylindre. L'espace existant et le nouveau créent un lieu plein de vie, apte à porter la bannière de la culture urbaine des générations à venir". Le projet entend ménager le maximum de place à la programmation et à l'accueil du public en réduisant au strict minimum les bureaux, zones techniques et réserves.

 

Ce sont 3.000 m² d'espaces utiles qui pourront recevoir des œuvres dépassant les 600 m². "Les volumes allant de l'intime au monumental, sont pensés pour accueillir le plus justement possible des œuvres de techniques et de formats divers, de la photographie aux grandes installations, en passant par la peinture, la sculpture ou la vidéo". De son côté, l'auditorium disposera d'un foyer et d'une boîte noire propice à la présentation de performances expérimentales et technologiques.

 

Découvrez le projet en images dans les pages suivantes

actionclactionfp