S'appuyant sur un rapport de la Cour des Comptes sur les finances publiques locales, Syntec-Ingénierie pousse un cri d'alarme sur un niveau d'investissement trop bas pour l'entretien et la modernisation des infrastructures de transport ou de télécommunication et des bâtiments. "Un danger pour la pérennité et l'attractivité des territoires", selon la fédération.

Les sociétés d'ingénierie et d'études techniques sont inquiètes : les dépenses d'investissement des collectivités locales sont en chute libre, -17 % en deux ans. "Or, cet investissement joue un rôle crucial dans l'entretien et la modernisation de nos infrastructures - de transport, d'eau, d'aménagement urbain, de fibre optique - et de nos bâtiments", résume Nicolas Jachiet, le président de Syntec-Ingénierie. La fédération professionnelle redoute même une nouvelle baisse de ces dépenses, même si, comme le souligne la Cour des Comptes dans son rapport du 11 octobre 2016, des "perspectives moins défavorables" sont entrevues pour la période 2016-2017. L'explication ? Un cycle des investissements qui se calque sur le calendrier des élections municipales, l'année 2015 qui a suivi une échéance électorale marquant forcément une inflexion des dépenses. A l'approche d'un prochain scrutin local, les investissements repartiront à la hausse.

 

Des réseaux vétustes à moderniser d'urgence ?

 

Le président de Syntec-Ingénierie poursuit : "Un niveau d'investissement trop bas met en danger la qualité de notre patrimoine bâti et d'infrastructures, et, par là même, menace le dynamisme économique et l'attractivité de nos territoires". La fédération rappelle que les infrastructures nécessitent des travaux d'entretien et de rénovation réguliers et que certains réseaux se trouvent déjà en situation de vétusté. Elle évoque notamment les 906.000 km de réseaux d'eau potable, dont la moitié date de plus de 40 ans selon la FNTP, avec des conséquences potentielles sur des pertes, ou l'état des chaussées non concédées dont 16 % sont endommagées. En s'appuyant sur des chiffres de la Fédération nationale des travaux publics, Syntec-Ingénierie annonce même qu'un pont est mis "hors service" chaque jour en France, sous l'effet du manque d'entretien…

 

Les professionnels du conseil en ingénierie souhaitent donc une relance de l'investissement et "appelle les pouvoirs publics nationaux à renforcer les mesures de soutien à l'investissement public local". La fédération "exprime le souhait que les collectivités accentuent leurs efforts de gestion pour retrouver, très rapidement, une capacité d'investissement accrue". De son côté, la FNTP a publié des chiffres encourageants, semblant indiquer une reprise de l'activité dans les travaux publics. A la fin de l'été, la tendance était de +2,6 % par rapport à 2015, avec un volume de commandes bien supérieur (+15,6 %). Peut-être un début d'embellie qui touchera également les sociétés de conseil en ingénierie ?

actionclactionfp