TRANSITION. L'Administration serait "en avance sur (son) plan de route" pour réduire sa consommation énergétique de 10% entre 2019 et 2024, a indiqué le ministère de la Fonction publique. Plus largement, le risque de "délestages" en électricité et en gaz pour cet hiver deviendrait même de plus en plus improbable, d'après RTE et GRT Gaz.


L'État exemplaire serait-il en passe d'accomplir sa mission ? Sur la base de premières données partielles communiqués à l'Agence France Presse par le ministère de la Fonction publique ce 16 janvier, l'Administration serait "en avance sur (son) plan de route" pour réduire sa consommation énergétique de 10% entre 2019 et 2024 (soit entre 18 et 20 térawatts-heures).

 

 

Sur un "échantillon représentatif" de plus de 8.500 bâtiments du parc immobilier de l'État, le ministère avance ainsi une baisse de 11,3% de la consommation brute d'électricité entre novembre 2021 et novembre 2022. En corrigeant ces données de variations saisonnières, comme les températures exceptionnellement douces de l'automne dernier, la consommation électrique de l'Administration (chauffage et éclairage, entre autres) recule de 8,3% sur un an.

 

La diminution de la consommation brute de gaz atteindrait même
Il vous reste 75% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp