ÉLECTRICITÉ RENOUVELABLE. Le volume des installations photovoltaïques était en baisse, au 2e trimestre de l'année avec +217 MW. France Territoire Solaire s'interroge sur la capacité de la France à dépasser le gigawatt de puissances nouvelles sur l'ensemble de l'année 2018.

Gauthier Dieny, le président du think tank France Territoire Solaire, est déçu : "Après un premier trimestre encourageant, le niveau de raccordement sur ce deuxième trimestre nous interroge sur les chances de dépasser 1 GW d'installations raccordées à fin 2018". Car le ministère de la Transition écologique et solidaire table sur +1,2 à +1,5 GW de puissances nouvelles sur toute l'année. Dans les faits, les nouvelles capacités photovoltaïques se sont établies à +217 MW entre avril et juin, un volume en baisse par rapport aux trois premiers mois de l'année (-11 %) mais qui reste équivalent à celui observé au 2e trimestre de 2017. Au début de l'été, le parc français dépassait ainsi les 7,6 GW.

 

Segment par segment, les trajectoires ont été différentes. Pour les installations domestiques, d'une puissance inférieure à 9 kW, les raccordements sont en recul et s'élèvent à +19 MW (-27 %). Les moyennes toitures, dont les puissances sont comprises entre 9 et 100 kW, connaissent un quasi-retour à la normale, avec +32 MW (-5 %). Le rythme était bien supérieur à la fin de 2017 (+76 MW). Du côté des grandes et très toitures, là aussi, les chiffres varient : pour le segment 100-250 kW, France Territoire Solaire enregistre +24 MW de puissance (+20 %), alors que pour le segment supérieur (250-1.000 kW) ces raccordements ne parviennent qu'à +6 MW (-25 %). Enfin, pour les très grands projets au sol dont la puissance dépasse le mégawatt, le think tank note "une bonne dynamique" avec +137 MW au 3e trimestre "même si ce volume est en baisse par rapport à celui des deux trimestres précédents" (-13 %). Question production, les records ne cessent de tomber en raison de la taille du parc, en augmentation constante, et des conditions d'ensoleillement. Ainsi, la part du photovoltaïque dans l'électricité nationale a été de 3,35 % dans la consommation brute française au printemps de l'année.

 

Toujours plus de demandes pour des raccordements à RTE et Enedis

 

Les analystes notent que, "malgré un volume significatif de projets sortants, notamment sur les grands projets" (53 MW abandonnés), la file d'attente des demandes de raccordements ne fait que s'allonger (+250 MW). Elle dépasse désormais les 3 GW de futures capacités, principalement portée par les plus grosses centrales (+25 %). Cependant, tous les segments restent orientés à la hausse : toitures résidentielles ou de taille moyenne (+20 %), et grandes ou très grandes toitures (+60 %). France Territoire Solaire explique : "Ces segments ont été dopés par l'entrée des projets des tranches 1, 2 et 3 de l'appel d'offres Bâtiment suite aux attributions". Le stock est donc important. Gauthier Dieny, qui souhaite que le rythme s'accélère, ajoute : "D'après les données dont nous disposons, nous avons identifié quelques gisements raccordables à court terme : des projets dits 'AO CRE 3' retardataires et/ou en attente de leur raccordement ; des projets de moins de 100 kW, déjà en file d'attente et susceptibles de bénéficier de la levée des barrières douanières sur les cellules et modules chinois, et quelques projets lauréats de la première période de l'AO CRE 4 raccordés en avance par rapport au délai fixé dans le cahier des charges".

 

Concernant l'évolution des tarifs d'achat d'électricité solaire, le marché connaît depuis mai 2017 un nouvel arrêté qui a fortement diminué les prix. Ils s'établissent, pour le résidentiel, aux alentours de 15,75 centimes d'euro du kWh. Pour les plus grandes toitures, ce tarif se situe à 11,25 centimes d'euro, tandis que pour les centrales au sol de plus fortes puissances il n'est plus que de 5,82 c€/kWh.

actionclactionfp