Publiés ce mercredi 25 février, les résultats du groupe de BTP et de concessions Eiffage traduisent un bénéfice net de 275 millions d'euros, en 2014, soit une hausse de 7 % sur un an, en dépit d'un recul de ses revenus, son résultat ayant été soutenu par une amélioration de sa marge opérationnelle, notamment dans les travaux.

Les analystes tablaient, eux, sur un résultat net de 280 millions d'euros. Quant au résultat opérationnel courant, il a légèrement progressé l'an dernier pour atteindre 1,35 milliard d'euros, contre 1,31 milliard d'euros en 2013. "La marge opérationnelle est portée au niveau historique de 9,6% contre 9,2% l'année précédente", a commenté, ce jeudi, la direction du groupe de BTP.

 

Avant d'ajouter : "Pour l'année en cours, nous annonçons tabler sur un léger repli de notre chiffre d'affaires, mais une nouvelle augmentation de notre résultat." D'autant plus, que le groupe disposait au 31 décembre 2014 d'un carnet de commandes de 11,8 milliards d'euros qui lui assurait 12,2 mois d'activité de la branche travaux, a averti Eiffage.

 

Baisse du coût de la dette

 

Au final, le groupe a "renforcé sa structure financière, avec comme conséquence une baisse significative du coût de la dette pour les années à venir", a commenté Pierre Berger, président-directeur général du groupe. L'endettement net s'élève, en effet, à 12 milliards d'euros, en baisse de 565 millions d'euros sur un an.

 

De plus, sa marge opérationnelle des travaux s'est établie à 3,3% contre 3,2% en 2013, "malgré la baisse d'activité". Au sein de cette branche, les travaux publics voient leur marge passer à 2,4% (contre 2,2% en 2013) "malgré la baisse de volume des travaux routiers en France", détaille Eiffage.

La construction affiche une marge plus élevée

Toujours dans le secteur des travaux, la construction affiche une marge plus élevée, de 4,2% et la commercialisation des logements est "restée dynamique en France" l'an dernier, pointe le groupe, avec 3.231 unités contre 3.267 en 2013. De leur côté, les concessions ont vu leur marge opérationnelle passer à 41,4% contre 42,2%, une "contraction ponctuelle", commente Pierre Berger. Enfin, la marge brute d'exploitation du gestionnaire autoroutier APRR représente 70,7% de son chiffre d'affaires (contre 70,3% en 2013). Eiffage proposera à son assemblée générale du 15 avril, de verser un dividende stable à 1,20 euro par action, a-t-il rappelé.

Une percée en Colombie

Côté international, "nous nous félicitons d'avoir acquis la société colombienne Puentes y Torones spécialisée dans la construction d'ouvrages d'art dans un pays où entre 800 et 900 ponts doivent être construits dans les dix à venir, a commenté Pierre Berger. Cette acquisition confirme ainsi notre volonté d'étendre nos activités hors de France, à l'image des niches canadiennes après l'acquisition d'ICC en juin 2014, et enfin du booster qu'est l'Afrique dans l'hydraulique, le photovoltaïque et l'éolien."

actioncl