PROCEDURE. Ce mardi 4 juin 2019, 142 habitants de la région Centre-Val de Loire ont saisi en référé le tribunal de grande instance de Tours (Indre-et-Loire) pour s'opposer à la pose de compteurs Linky à leurs domiciles.

Et un épisode de plus dans le feuilleton Linky. Ce mardi 4 juin 2019, 142 habitants de la région Centre-Val de Loire ont saisi en référé le tribunal de grande instance de Tours, préfecture d'Indre-et-Loire, pour s'opposer à la pose des fameux compteurs communicants à leurs domiciles. D'après l'AFP, l'avocat représentant ces dizaines de personnes aurait évoqué un "dommage imminent" pour les individus munis de certificats médicaux, ainsi que la nécessité de protéger les personnes ne voulant pas prendre de risques au nom du principe de précaution. "Certaines de ces personnes ne pourront pas vivre chez elles", a ainsi souligné Me Arnaud Durand. Ce dernier a rappelé que l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) avait conclu en juin 2017 à des incertitudes sur l'éventuel impact des compteurs Linky sur la santé des individus (notamment à cause des ondes électromagnétiques), et le conseil d'affirmer, sur cette base, son intention de saisir d'autres juridictions dans l'Hexagone pour lutter contre l'installation de ces équipements connectés.

 

Piloté par Enedis, le déploiement des Linky est la cible de nombreuses polémiques et actions judiciaires depuis 2015. A l'heure actuelle, 22 tribunaux ont déjà été saisis à ce sujet. L'AFP rappelle que la grande majorité des plaignants, soit plusieurs centaines de personnes, ont été déboutés. A l'heure actuelle, 20 millions de compteurs auraient déjà été installés à l'échelle nationale, dont 300.000 en Indre-et-Loire, selon nos confrères de France Bleu Touraine. Mais du côté de la défense, donc d'Enedis, on se fonde sur le même rapport de l'Anses pour affirmer que les risques sanitaires sont minimes : "En Indre-et-Loire, on a la chance d'avoir été un territoire d'expérimentation. Il y a dix ans, l'Indre-et-Loire avait vu la pose de 10.000 compteurs Linky. Il n'y a eu aucun départ de feu ou de problèmes de santé. Le compteur fonctionne bien", a déclaré Cédric de Pouzilhac, l'avocat de l'opérateur, à la radio locale. Et celui-ci de rappeler qu'Enedis est investi d'une mission de service public, consistant à fournir de l'électricité à chaque usager.

 

Quoi qu'il en soit, le délibéré du tribunal de grande instance de Tours est prévu pour le 30 juillet prochain.

actionclactionfp