DÉCRYPTAGE. La réglementation environnementale 2020 introduit l'obligation de réaliser une analyse du cycle de vie (ACV) pour évaluer le poids carbone des constructions. Le fait que cette ACV soit souvent réalisée par les bureaux d'études va-t-elle donner plus d'importance à cette profession, au sein de la maîtrise d'œuvre ? Explications.


La grande nouveauté de la réglementation environnementale 2020 (RE2020) est l'introduction d'une analyse du cycle de vie (ACV) des constructions. Cette méthode a pour but d'évaluer le poids carbone global d'un édifice. La RE2020 introduit un certain nombre de seuils visant à limiter l'empreinte CO2 d'un bâtiment, dans l'idée de participer au ralentissement du réchauffement climatique planétaire. Cette ACV, en général réalisée par les bureaux d'études thermiques, va avoir une importance prépondérante dans la conception des ouvrages. Au point qu'un BET sera en mesure de se retourner vers l'architecte pour lui signaler que son projet ne passant pas les seuils RE2020, il doit le retravailler. Le bardage, notamment, ensemble particulièrement lourd en terme de contenu carbone, mais lieu d'expression privilégié des architectes, peut ainsi se voir retoqué. Ainsi, la RE2020 est-elle en passe de modifier, au sein de la maîtrise d'œuvre, le rapport de forces entre architectes et bureaux d'études ?
Il vous reste 86% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp