PROFESSION. Le collectif des architectes d'Occitanie demande aux professionnels de se mobiliser contre le rapport Sichel. Ils n'ont pas été convaincus par les réponses de l'auteur du rapport, après son interview pour Batiactu.

Rebondissement dans l'affaire du rapport Sichel. Suite à l'interview donnée par Olivier Sichel, auteur du rapport du même nom, à Batiactu le 12 avril, le collectif des architectes d'Occitanie a publié un communiqué en réponse aux propos du directeur général délégué de la Caisse des dépôts.

 

Quelques jours plus tôt, les présidents de l'Unsfa et du Cnoa étaient reçus par le cabinet du ministère du Logement pour discuter des détails de ce rapport. Rendu public mi-mars, le document de plus de 130 pages inquiète surtout les architectes pour la création du rôle d'accompagnateur, nommé "mon accompagnateur rénov", qui aidera à dresser des plans, proposer aux clients des artisans au meilleur rapport qualité-prix et suivre les travaux en veillant à ce que tout se passe au mieux.

 

Cet accompagnateur "serait rattaché à une structure privée d'ingénierie proche du ministère, laquelle serait rémunérée pour s'assurer de la compétence des acteurs", d'après un communiqué qu'a pu se procurer Batiactu du collectif des architectes Occitanie, qui regroupe le conseil régional de l'ordre des architectes (Croa) d'Occitanie, plusieurs syndicats et associations.

 

"Un mépris absolu"

 

"Le représentant du ministère s'est efforcé de rassurer les représentants des principales structures de la profession d'architecte, leur expliquant que notre interprétation était un malentendu, et que l'architecte, bien sûr, aurait la possibilité de continuer à concevoir et travailler sur des projets de rénovation en toute compétence", a expliqué le collectif. Il s'est étonné que d'autres métiers comme les agents de La Poste puissent bientôt travailler dans la rénovation, comme l'a révélé Olivier Sichel, dans son interview pour Batiactu. "Ce qu'affiche ainsi monsieur Sichel, c'est son mépris absolu de tout ce qui est métier ; de ce qui est compétence spécifique ; de ce qui est savoir-faire", a continué le collectif.

 

Un appel à la mobilisation

 

Après avoir lancé une pétition en ligne le 7 avril contre le rapport, le collectif appelle à relancer la mobilisation et à "redoubler d'efforts pour être reçus aux ministères".

 

Il souhaite surtout que "ce rapport soit mis au rang des oubliettes et que l'État se décide à œuvrer avec ceux dont c'est le métier". Les auteurs du communiqué précisent que les métiers concernés sont ceux des "professionnels de la conception et de la coordination, architectes et ingénieurs", et "les professionnels du faire", c'est-à-dire "les artisans et les entreprises du bâtiment".

 

Selon eux, cela fait "des années que les organisations professionnelles se démènent pour que l'approche globale prévale dans la rénovation. Tout le monde est conscient aujourd'hui que c'est la méthode nécessaire". Ils regrettent que le ministère ne propose qu'un contrôle des devis et qu'il n'ait "aucune approche globale" de la rénovation. Signée par plus de 4.000 personnes à l'heure où nous publions, la pétition du collectif demande à être reçue par les ministères. "Exigeons que tout travail de rénovation soit confié à des professionnels, sous maîtrise d'œuvre des architectes ! Et que notre mission soit éligible aux aides dédiées", concluent les architectes d'Occitanie.

actionclactionfp