HISTOIRE D'ACTU. Le nom Vicat continue de vivre aujourd'hui à travers l'entreprise familiale, active dans le ciment, et l'instrument scientifique de mesure utilisé par les spécialistes du béton. Mais qui était Louis Vicat, l'ingénieur à l'origine de ces deux créations ?

 

Louis Vicat est né à Nevers en 1786, mais sa famille part rapidement s'installer en Isère. Son intelligence est remarquée par son oncle, un professeur de mathématiques, qui le présente à Joseph Fourier, alors préfet du département et lui-même génie des mathématiques. Ce dernier lui conseille de se présenter au concours d'entrée de la prestigieuse école Polytechnique, concours qu'il réussit en 1804. Deux ans plus tard, il intègre l'Ecole des Ponts & Chaussées et en sort diplômé comme ingénieur ordinaire de 2e classe. Louis Vicat est affecté dans le Lot, où il doit superviser la construction d'un pont entre Souillac et Lanzac, sur la Dordogne, une rivière tumultueuse qui connaît des crues dévastatrices. Sa mission est compliquée puisque les moyens manquent. Le jeune ingénieur cherche alors à concevoir un ouvrage solide et peu coûteux et se penche sur la question de la prise de la chaux des piles du pont dans l'eau. A force de travail, il invente la "chaux surcuite", à base de calcaire et d'argile, tout en élaborant la théorie de l'hydraulicité des chaux.

 

"Grâce à ses découvertes, Louis Vicat permettra l'audace la plus folle aux bâtisseurs de ce 19e siècle", Honoré de Balzac

 

Les Romains employaient déjà un liant naturel, à base de cendres volcaniques pour leur mortier, mais le principe avait été perdu au cours des siècles. En 1818, Louis Vicat présente ses travaux devant l'Académie des Sciences, où siège notamment Gay-Lussac, un autre savant français de renom. Systématiquement, l'ingénieur a analysé la chimie des roches susceptibles de produire par cuisson le meilleur liant artificiel possible pour obtenir du ciment. Il ne dépose pas de brevet, considérant qu'il était redevable à la collectivité pour sa formation scientifique. Et c'est donc un entrepreneur écossais du nom d'Aspdin qui s'en empare en 1824, raison pour laquelle on parle encore aujourd'hui de "ciments Portland" du nom d'une île où l'on extrait des roches calcaires de qualité (qui n'entraient pourtant pas dans la composition du ciment). En 1833, un autre polytechnicien installe des fours à chaux en Ardèche. Son nom : Léon Pavin de Lafarge. Mais Louis Vicat poursuit ses travaux. Honoré de Balzac s'étonne de cette situation. Il écrit : "Quelle sera la récompense de Vicat, celui d'entre nous qui a fait faire le seul progrès réel de la science pratique des constructions ?". Reconnu de son vivant par ses pairs, l'ingénieur se voit attribuer une rente de 6.000 francs or par François Arago qui déclare : "Une conclusion ressort avec l'évidence : c'est en supposant l'art des constructions tel qu'il était en 1818 avant les recherches de M. Vicat, la plupart des grandes entreprises en cours seraient entièrement paralysées par des considérations de temps et de dépenses…", mettant en parallèle les économies que faisaient réaliser le liant artificiel.

 

C'est le fils de Louis, Joseph Vicat, qui lance finalement la production industrielle de l'invention paternelle. C'est à Genevrey-de-Vif en Isère, qu'il installe la cimenterie où il développe la méthode dite de double cuisson dès 1857. Ensemble, père et fils construisent le pont du Jardin des plantes de Grenoble, un des premiers ouvrages au monde en béton coulé, une méthode qui aura de beaux jours devant elle. Et les techniciens d'aujourd'hui utilisent encore l'aiguille Vicat pour déterminer la dureté d'un béton et sa prise au cours du temps. Louis Vicat a donc laissé à jamais son nom imprimé dans la matière.

actionclactionfp

Le pont de Souillac

Pont de Souillac
Pont de Souillac © Fondation Vicat
Le pont routier de Souillac, débuté en 1812 et achevé en 1824. Il s'étend sur 180 mètres et présente sept arches de 22 mètres de portée. Ce sont sur ses piles que le jeune ingénieur Louis Vicat a testé différentes formulations de chaux capables de prendre sous l'eau. Il parvient à déterminer le meilleur rapport entre argile et calcaire broyés et cuits au cours de l'année 1817.

Les fours biberons de l'usine

Fours biberons
Fours biberons © Fondation Vicat
Les fours à ciment créés en 1857 par Joseph Vicat pour produire le liant artificiel imaginé par son père, au moyen d'étapes de cuisson. Aujourd'hui, la société des Ciments Vicat est présente dans une douzaine de pays du monde et produit près de 23 millions de tonnes de ciment par an (en plus de presque 10 millions de tonnes de béton et 25 millions de tonnes de granulats). L'outil industriel repose désormais sur 15 cimenteries, 5 centres de broyage, 70 carrières de granulats et 248 centrales à béton, qui font de Vicat le 3e acteur français du secteur après LafargeHolcim et Ciments Calcia (HeidelbergCement).

L'aiguille Vicat

Aiguille Vicat
Aiguille Vicat © Habib M'Henni - Wikimedia CC
L'expérience de Louis Vicat servait à déterminer, au moyen d'une aiguille à tricoter à bout carré enfoncée sous l'action d'un poids de 300 grammes, la capacité d'une chaux à se déformer.

Petit pont du Jardin des plantes (Grenoble)

Jardin des plantes de Grenoble
Jardin des plantes de Grenoble © Mathieu Riegler - Wikimedia CC
C'est à Grenoble (Isère), dans le parc du Jardin des Plantes que Louis Vicat et son fils Joseph, construisent cet ouvrage, encore visible de nos jours. Il s'agit d'une des premières applications du béton coulé.