CERTIFICATION. L'organisme de qualification des entreprises et artisans du bâtiment a mis en place une nouvelle nomenclature depuis le début de l'année. Elle implique notamment la création d'une nouvelle famille de travaux pour les énergies et fluides, et la suppression de nombreuses qualifications jugées inutiles ou redondantes.

L'association Qualibat, qui fête cette année ses 70 ans, offre un toilettage à son impressionnante classification des qualifications pour les artisans de la construction. Cette "nomenclature" représente toutes les familles d'expertise nécessaires aux domaines d'activité du bâtiment pour lesquels une qualification peut être demandée. Un code de qualification à quatre chiffres permet de mieux comprendre cette classification systématique, avec un premier chiffre qui indique la grande famille de travaux (1 pour "Préparation du site et infrastructure", 2 pour "Structure et gros œuvre", 3 pour "Enveloppe extérieure", 4 pour "Clos, divisions, aménagements", 6 pour "Finitions" ou 7 pour "Isolation thermique acoustique frigorifique"…). Le deuxième chiffre désigne l'activité, c'est-à-dire le type d'ouvrages ou de travaux dans chaque famille. Le troisième chiffre indique la technique utilisée (ou le matériau) tandis que le quatrième et dernier chiffre donne la spécialité ou le niveau de technicité ("courante", "confirmée", "supérieure"…).

 

L'organisme de qualification a procédé, en ce début d'année 2019, à une réorganisation de ce répertoire que Qualibat souhaite "plus clair, plus lisible, avec un important travail de reclassement". Le millésime 2019 se veut dont "résolument pratique et adapté aux besoins de tous les professionnels". Car la nomenclature est utile pour trouver la qualification valorisant certaines compétences ce qui permet ensuite à l'artisan d'être identifié comme détenteur d'un savoir-faire utile aux donneurs d'ordres, privés ou publics. La classification des 323 qualifications et certifications permet donc de sélectionner rapidement les entreprises par les prescripteurs, "sur des bases objectives" liées aux métiers, lors d'appels d'offres notamment. Les 158 qualifications éligibles à la mention RGE, quant à elles, fonctionnent comme des prérequis pour des professionnels souhaitant faire bénéficier leurs clients de divers dispositifs d'aides (CITE, éco-PTZ ou CEE).

 

Neuf grandes familles de travaux

 

Dans la dernière version 2019, on notera tout d'abord la création d'une nouvelle famille de travaux, la numéro 5 dite "Energies et fluides", destinée aux interventions liées à l'eau chaude sanitaire, au chauffage et à la ventilation, ainsi qu'à la production d'électricité photovoltaïque et à la gestion technique des bâtiments. Pour les autres familles, de nombreuses qualifications ont été "reclassées" : 17 dans la famille 1 "Préparation du site et infrastructure", une cinquantaine de la famille 2 "Structure et gros œuvre", une quarantaine dans les familles 3 et 4... Le plus intéressant sera de noter la création de certaines spécialités comme la 1161 pour les travaux de curages, la 2426 pour les ouvrages métallo-textiles ou encore la 2553 pour les organes de retenue d'eau et la 2563 pour les silos et organes de stockage. De même, un certain nombre de certifications ont été supprimées comme les 1362 et 1372, qui concernaient respectivement la récupération des eaux de pluie (pour des usages extérieurs) et les forages pour capteurs géothermiques verticaux. Pour avoir un aperçu complet de ces remaniements, une version abrégée et un tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle nomenclature, le plus simple sera de se rendre sur le site Internet de Qualibat.

 

Rappelons que l'attribution de la qualification ne pourra pas excéder 5 ans (pour une qualification amiante et seulement 2 ans pour une qualification probatoire), se concrétise par la délivrance d'un certificat par l'organisme. Ce document sera renouvelé tous les ans à partir d'un questionnaire de suivi obligatoire permettant la vérification et l'actualisation des informations fournies. Ces certificats pourront être utilisés dans le cadre d'appels d'offres et du contrôle de la capacité des entreprises candidates. Le système d'évaluation Qualibat, quant à lui, repose sur 120 commissions d'examen composées de plus de 3.000 professionnels bénévoles répartis en collèges ("Entreprises", "Utilisateurs" et "Intérêts généraux") qui garantissent l'impartialité du processus. Elles seules sont capables d'attribuer, de renouveler ou de retirer les qualifications.

actionclactionfp