A l'approche de l'élection présidentielle, c'est au tour des aménageurs lotisseurs d'interpeller les candidats et leur adresser leurs propositions en faveur du logement. Découvrez les mesures prioritaires pour le logement formulées par le SNAL.

Bien que le secteur du logement aille mieux, il "continue de manquer près d'un million de logements en France", déplore le Syndicat National des Aménageurs Lotisseurs (SNAL). "Pourtant les solutions existent", estime Pascale Poirot, sa Présidente pour qui la construction doit s'inscrire "dans une démarche d'aménagement" et s'appuyer "sur des acteurs de proximité qui connaissent les spécificités de leur territoire". Elle ajoute : "C'est même primordial. Les opérations d'aménagement permettent de réaliser une offre plurielle, fondement de la mixité sociale et générationnelle, sans opposer le locatif à l'accession, le collectif à la maison individuelle, le privé au social." La Présidente du SNAL juge "urgent de remettre l'aménagement des territoires sur le devant de la scène".

 

Pour cela, l'organisme a formulé sept propositions à destination des candidats à la présidentielle. Les trois premières suggestions visent à "créer un choc d'offre foncière pour faire baisser les prix". Pour cela, le SNAL propose de lutter contre la rétention foncière, une mesure réclamée depuis des années rappelle-t-il. Il est aussi question de réformer la fiscalité foncière, en abandonnant par exemple les droits de mutations sur les cessions de terrains constructibles, et de renforcer le soutien aux collectivités et aux maires bâtisseurs.

 

Elargir le PTZ à tous les accédants

 

Deuxième objectif : Encourager la construction en secteur aménagé dans une démarche éco-responsable. Pour y arriver, le SNAL suggère de garantir une mobilisation optimale du foncier privé, en créant par exemple un conseil National de l'Aménagement et du cadre de vie, et de créer un choc de simplification et des procédures pour accélérer les sorties d'opérations.

 

Enfin, l'organisation professionnelle veut "favoriser la diversité des parcours résidentiels pour fluidifier le marché", en dirigeant les logements sociaux sur les plus démunis et en encourageant l'investissement immobiliers. Pour cela, le syndicat propose par exemple d'aligner les aides sur un barème unique de ressources des ménages ; redéfinir le logement social en fonction des ressources des ménages qui y habitent ; intégrer les dispositifs d'accession Prêt à Taux Zéro (PTZ) et Prêt Social Location-Accession (PSLA) dans la définition du logement "aidé" et les quotas de logements sociaux. Il suggère aussi de baisser les droits de mutation et d'étendre le PTZ à tous les accédants.

actionclactionfp