ETUDE. L'ONG, Oxfam, a rédigé une étude sur la rémunération des patrons du Cac 40, en s'attachant à regarder le poids des objectifs financiers et non financiers (climat, égalité salariale…). Quid des dirigeants du secteur de la construction ? Réponse.


De nombreuses entreprises de la construction dévoilent ces derniers mois leur stratégie bas carbone, et leur politique RSE. Dans leur programme, certaines ont choisi d' intégrer un objectif "climat" dans la rémunération de leur responsable. C'est d'ailleurs sur ce point qu'Oxfam a décidé de mener une étude.

 

L'ONG a passé au peigne fin la structure de la rémunération de 37 PDG du CAC 40 sur l'année 2019 via leur rapport d'entreprise. Ici, est pris en compte l'ensemble des formes de rémunération du dirigeant, y compris la rémunération fixe, la rémunération variable, les stocks options, les actions de performance, les bonus et les avantages en nature, etc.

 

Plus de 67 % des rémunérations reposent sur des critères financiers

 

Il en ressort que les grands patrons sont encore largement rémunérés sur des critères d'ordre financiers. L'organisation regrette de voir "les critères sociaux, environnementaux et climatiques", sous-représentés.
Il vous reste 71% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp