REPORTAGE. Au moment où le groupe autoroutier espagnol Abertis a annoncé ce lundi avoir pris le contrôle de 100% de Sanef, ses premiers chantiers du plan de relance autoroutier signé en 2015 sortent de terre à l'image de l'A29, située entre Amiens et Saint-Quentin (Hauts-de-France). Objectif : élargir la bande d'urgence existante.

Les premiers chantiers du plan de relance autoroutier signé entre les sociétés concessionnaires et l'Etat en août 2015 sortent de terre dans la région des Hauts-de-France. Alors que par ricochet, le groupe espagnol Abertis, premier gestionnaire d'autoroutes au monde, contrôle depuis le 24 avril 2017, à 100 %, (Cf Encadré), la totalité du capital de la société d'autoroutes françaises Sanef, les équipes de l'exploitant des cinq des sept autoroutes partant de l'Ile-de-France sont sur le point de finaliser les travaux de l'A29.

 

Plan de relance autoroutier : Sanef sur tous les fronts sur l\'A29 entre Amiens et Saint-Quentin (Hauts-de-France)
Focus de l'A29 entre Amiens et Saint-Quentin (Hauts-de-France). © Sanef

Un chantier de 31 km

 

Un chantier de 31 km situé entre Amiens (Somme) et Saint-Quentin (Aisne) où l'objectif a été d'élargir dès 2016 la bande d'urgence existante sur 31 km, entre les échangeurs avec l'A1 et l'A26. "Pendant ces travaux importants menés sur le lot 1 par Eurovia et le lot 2 par Valérian, les conditions de circulation changeront pour les utilisateurs de la section, nous explique ce 25 avril 2017, Jérôme Fossé, responsable de la construction du Plan de relance autoroutier du groupe Sanef. Ce chantier d'ampleur doit se terminer à l'été 2017."

 

Abertis prend le contrôle à 100 % de la Sanef
Le groupe autoroutier espagnol Abertis a annoncé ce 25 avril 2017 avoir pris le contrôle de 100% du français Sanef, en rachetant pour 238 millions d'euros la participation de l'assureur CNP, dernière étape d'une opération entamée en janvier. Abertis prévoit un "impact positif d'environ 15 millions d'euros" sur son bénéfice net en 2017, et explique avoir totalement consolidé Sanef dans ses comptes, via la Holding d'Infrastructures de Transport (HIT), qui en détient 100%.

 

Il s'agit de la cinquième fois depuis janvier qu'Abertis rachète des participations dans Sanef, après celle de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) en janvier, d'Axa République et de l'assureur Predica en mars, et de celles de la famille Peugeot la semaine dernière. Au total, Abertis a déboursé pour ces rachats environ 2,1 milliards d'euros, selon le calcul de l'AFP. "La dette nette augmentera dans la même proportion que le prix payé" pour racheter Sanef, précise le groupe espagnol, dont le premier marché est la France avec Sanef, qui gère quelque 1.760 km d'autoroutes à péages, essentiellement dans le nord de l'Hexagone.

 

Par ailleurs, Abertis est actuellement en train d'étudier une fusion avec le concessionnaire italien Atlantia pour créer un géant mondial des autoroutes, qui pourrait prendre la forme d'une offre publique d'achat (OPA) amicale d'Atlantia sur Abertis. "C'est en discussion, nous ne savons rien à ce sujet", a-t-on appris chez Sanef.

 

Découvrez dès la page 2, la suite de l'article.

actionclactionfp