CIMENTERIES. Plusieurs sites de production du groupe franco-suisse LafargeHolcim étaient à l'arrêt, ce mardi 27 février 2018, à la suite d'un appel à la grève lancé par deux syndicats de travailleurs. La CGT et FO réclament une prime exceptionnelle pour les efforts fournis par les ouvriers ces 5 dernières années. Détails.

D'un côté la direction de LafargeHolcim, qui a accordé, en 2018, une hausse générale des salaires de +1,6 %. De l'autre, les syndicats CGT et FO, qui réclament davantage pour les salariés de l'activité ciment.

 

Afin d'obtenir des avancées, les employés se sont donc mis en grève, ce mardi 27 février 2018, sur la "quasi-totalité" des sites. Sylvain Moreno, délégué syndical central CGT, précise à l'AFP : "Neuf sites sur les dix cimenteries et stations de broyage sont en grève" avec "blocage des livraisons et arrêt de la production". Le groupe reconnaît, pour sa part, qu'un site sur deux serait impacté, sans plus de précision. Et il ne compte pas céder.

 

+2 % sur tous les salaires et une prime exceptionnelle

 

Mais les syndicats souhaitent obtenir "une prime exceptionnelle de 1.000 €", présentée comme "le minimum pour que la direction reconnaisse les efforts" que les travailleurs ont fournis "ces 5 dernières années". Outre la prime, les partisans de la grève pourraient également assortir la revendication d'une demande de hausse de +2 % des rémunérations. Car les employés attendaient "beaucoup plus", après de timides augmentations en 2017 (+0,7 %). Selon Sylvain Moreno, la direction "leur demande plus de polyvalence" au point qu'un salarié pourrait même exercer "deux ou trois métiers".

 

Le groupe franco-helvétique précise : "Si le marché du ciment connaît depuis plusieurs mois une période de reprise, LafargeHolcim poursuit ses efforts d'investissement dans toutes les usines", ceci afin de "garantir la qualité et la pérennité des 5.000 emplois en France, dans ses différentes activités". Les grévistes ont d'ores et déjà annoncé que le mouvement serait reconduit ce mercredi 28 février 2018. Rappelons que ce géant des matériaux de construction, né en 2015 de la fusion de Lafarge (France) et Holcim (Suisse), a généré, en 2016, des ventes d'un montant de presque 23,5 Mrds € pour des effectifs de 90.000 personnes. Le chiffre d'affaires 2017 ne sera publié qu'au début du mois de mars.

actionclactionfp