ÉCONOMIE CIRCULAIRE. En vue de la mise en place de la filière Rep (Responsabilité élargie du producteur de déchets) pour les entreprises du bâtiment, les éco-organismes se positionnent sur les demandes d'agréments. C'est le cas d'Éco-mobilier, spécialisé dans la collecte de déchets d'ameublement, qui ambitionne d'étendre son périmètre d'action. Entretien avec Dominique Mignon, sa présidente.


Alors que la filière Rep (Responsabilité élargie du producteur de déchets) pour les entreprises du bâtiment doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023 au plus tard, les éco-organismes se mettent en ordre de bataille. Leurs cahiers des charges étaient "en cours de finalisation" à la mi-janvier, étape préalable à leur demande d'agrément délivré par les pouvoirs publics.

 

 

Dans un décret, le ministère de la Transition écologique a précisé il y a quelques mois le champ d'application de la Rep, les producteurs visés, les conditions de collecte séparée donnant lieu à une reprise sans frais des déchets ou encore les conditions minimales du maillage territorial. Autant de sujets administratifs et techniques sur lesquels les éco-organismes ont commencé à travailler, à l'instar d'Éco-mobilier : spécialisé dans la collecte de déchets d'ameublement, cette structure ambitionne pourtant d'étendre son périmètre d'action. Sa présidente, Dominique Mignon, détaille le contexte et la stratégie de l'éco-organisme à Batiactu.

 


Batiactu : Pouvez-vous commencer par présenter votre éco-organisme ?

 

Dominique Mignon : Nous avons été créés en 2011 pour organiser le recyclage du mobilier, des literies, des éléments de cuisines et de salles de bains ; bref tout ce qu'il peut y avoir dans la maison et qui sert à meubler et à vivre son habitat au quotidien, hors équipements électriques et électroniques qui sont rattachés à une autre filière. Nous allons étendre notre champ d'action à très court terme aux rideaux et stores, et nous venons également de déposer une candidature pour organiser le recyclage des éléments de jardinage et de bricolage

 

Dans le mobilier, il existe deux acteurs : Éco-mobilier - nous réalisons 90% des volumes du mobilier avec notamment une dimension grand public - et Valdelia. Les fabricants et distributeurs d'ameublement se sont regroupés pour créer notre éco-organisme. Nous avons aujourd'hui à notre actif dix ans d'activité opérationnelle. En 2020, nous avons collecté 842.000 tonnes de déchets, un chiffre en repli de 4% par rapport à 2019 malgré le déploiement de nos bennes dans 363 déchèteries supplémentaires et la hausse des partenariats, avec quelque 80 nouvelles associations. Les déchets que nous récupérons sont valorisés à 93%. Plus précisément, 46% des déchets sont recyclés en matière première, 42% sont valorisés en énergie, 7% sont éliminés et 5% sont réemployés. Nous collectons du bois et des dérivés bois, le reste étant composé de rembourrés, de mousse, de métal et de plastique.
Il vous reste 70% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp