RÉFÉRENTIEL. Après quatre années de travaux, le projet Geobapa a rendu public ses résultats, qui démontrent que jusqu'à la moitié des terres excavées dans les régions Normandie et Île-de-France pourraient être réutilisées. Ce référentiel qui se veut unique et simplifié doit permettre au BTP de passer à la vitesse supérieure de l'économie circulaire dans la vallée de la Seine, avant pourquoi pas une généralisation à l'ensemble du pays.


Les résultats de ces quatre années de recherche sont prometteurs pour un secteur d'activité qui doit encore faire des efforts en matière de transition écologique et d'économie circulaire. Ce 15 avril 2021, le projet Geobapa démontre que jusqu'à 50% des terres excavées dans les régions Normandie et Île-de-France pourraient être réutilisées. Lancé en 2016, ce dernier a été coordonné par l'entreprise Soltracing, spécialisée dans l'accompagnement et la promotion de la valorisation hors-site des terres excavées, et qui propose pour ce faire un outil digital de caractérisation et de traçabilité des déblais de chantiers. Avec le soutien des conseils régionaux de Normandie et d'Île-de-France, l'Agence de la transition écologique (Ademe) et la Délégation interministérielle au développement de la vallée de la Seine (DIDVS), Geobapa a mené ses travaux avec le foreur Esiris Group, le bureau d'études spécialisé en sites et sols pollués BG Ingénieurs Conseils, un autre bureau d'études dédié aux géostatistiques, Geovariances, et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

 

Un sujet d'actualité avec le Grand Paris Express et ses 40 millions de tonnes de déblais

 

Et il ressort de ces recherches que les terres excavées constituent un enjeu non-négligeable pour développer les logiques d'économie circulaire du BTP hexagonal. D'après l'Ademe, le secteur de la construction était responsable à lui seul de 76% des déchets "issus des activités économiques" en 2017. Le potentiel de valorisation des déblais est donc très important et pourtant très peu exploité, alors que le réemploi des matériaux permet de leur redonner une valeur économique tout en se substituant à la demande en matières premières et en optimisant les distances de transport, et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre. Partant de là, l'enjeu consistait à mieux connaître la qualité chimique des sols et à tracer les terres excavées, et c'était bien l'objectif de Geobapa. "150 millions de tonnes de terres sortent chaque année des chantiers, soit 5 fois plus que les ordures ménagères. C'est un sujet mal connu et pourtant, lorsque les terres excavées sont mal gérées, on peut dire qu'elles sont responsables du délit d'écocide", assène le président d'Hesus et cofondateur de Soltracing, Emmanuel Cazeneuve.
Il vous reste 62% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp