ENTRETIEN. C'est un objectif ambitieux que propose l'Union sociale pour l'habitat, une semaine après l'annonce du plan de relance : l'éradication des passoires thermiques de son parc d'ici à 2027. Marianne Louis, directrice générale de l'organisation, s'explique auprès de Batiactu, alors que le 15 septembre se tiendra le colloque "Les HLM, acteurs de la relance", à Paris.


A une semaine de l'évènement "Les HLM, acteurs de la relance", qui se tiendra le 15 septembre à Paris, et une semaine après l'annonce du plan de relance qui affecte 500 millions d'euros à la rénovation du parc social, Batiactu fait le point avec Marianne Louis, directrice générale de l'Union sociale pour l'habitat (USH).

 

Batiactu : En cette rentrée marquée notamment par l'annonce d'un plan de relance, et de l'affectation de 500 millions d'euros à la rénovation du parc social, quels sujets comptez-vous aborder lors de votre colloque du 15 septembre ?

 

Marianne Louis : Nous ne pourrons malheureusement pas tenir notre congrès cette année du fait de la situation sanitaire, mais nous avons souhaité maintenir sa dimension politique, ce qui se traduit par notre mobilisation autour de cette journée du 15 septembre, "Les HLM, acteurs de la relance". Nous avons beaucoup travaillé en juin avec nos adhérents, pour préparer nos propositions en vue du plan de relance. Qu'est-ce qui ressort de ces échanges ? Le sujet tourne beaucoup autour des étiquettes énergétiques. Or, comme l'a révélé une récente étude publiée par l'administration [lire notre article ici, NDLR], le parc social est largement en avance sur la question des passoires thermiques : elles représentent seulement 7% de notre parc, contre 18,7% pour le privé.

"La question des étiquettes énergétiques n'est qu'une étape"

 

Batiactu : Quand envisagez-vous d'éradiquer ces passoires de votre parc ?

 

M.L. : Compte tenu de notre rythme de rénovations, et si l'on ne nous fait pas un nouveau 'mauvais coup' financier, nous pourrions, grâce aux financements du Fonds européen de développement régional (Feder), les avoir éradiquées en 2027 - le prochain financement Feder courant sur la période 2021-2027. Nous souhaitons engager un dialogue avec les Régions pour qu'elles nous accompagnent à ce sujet. Pour autant, lorsque nous aurons traité le problème des passoires thermiques, nous n'aurons pas répondu aux objectifs de limitation du carbone fixés dans le cadre de la Cop 21, il faut en être conscient. La question des étiquettes n'est qu'une étape.
Il vous reste 70% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp