RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE. L'interdiction de louer, qui va entrer en vigueur à partir de 2025, touchera la moitié du parc de logements locatifs privés en Ile-de-France. Un parc dont la rénovation énergétique est plus difficile en moyenne et qui abrite des ménages plus pauvres.


En Île-de-France, en 2018, 2,3 millions de résidences principales ont un diagnostic de performance énergétique (DPE) classé E, F ou G, soit 45% du parc francilien de résidences principales, selon l'Insee, qui publie une note sur le sujet. C'est plus que dans les autres régions françaises. Dans le parc locatif privé, le nombre de résidences principales dites énergivores s'élève à 745.000, soit 55% de ce parc.

 

Celui-ci sera très prochainement concerné par l'interdiction de louer : après le gel des loyers des logements étiquetés F ou G, entré en vigueur en août 2022, des interdictions de louer s'imposeront en 2025, 2028 et 2034, frappant progressivement les logements de classe G, puis F et enfin E.

 

 

Le parc privé, plus concerné que le parc social

 

Il vous reste 77% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp