RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE. Au-delà de la crise de l'offre de logements sociaux, après plusieurs années d'agréments trop peu nombreux, le monde HLM se trouve face au "mur" de l'interdiction de louer des passoires énergétiques d'ici trois ans, dans le contexte du nouveau DPE, qui impacte particulièrement un parc chauffé en grande partie au gaz, explique la présidente de l'USH.


A l'occasion d'une conférence de rentrée, la présidente du Mouvement HLM, Emmanuelle Cosse, a une nouvelle fois alerté sur "la crise du logement qui se prépare pour les années qui viennent", alors que l'objectif de 125.000 agréments en 2021 n'a pas été atteint. Celui-ci sera vraisemblablement, a-t-elle indiqué, de 96.000 ou 97.000 ; la consolidation des chiffres est en cours. Pour l'ancienne ministre du Logement, qui préside l'USH depuis cette année, "on paye, en plus de la désorganisation du secteur depuis la RLS [réduction de loyer de solidarité, instaurée au début du quinquennat], l'absence d'un discours national sur la nécessité de construire du logement social".

 

Si elle concède que "cela a évolué récemment", avec l'implication de la ministre Emmanuelle Wargon, et la présence, au Congrès HLM, du Premier ministre, elle martèle que les bailleurs sociaux "n'arriveront pas à inverser la tendance uniquement avec leur bonne volonté". Ainsi, l'objectif des 250.000 agréments de logements sociaux en deux ans (2021 et 2022), risque fortement de ne pas être tenu. De fait, les logements mis en service en ce moment sont ceux agréés avant que la RLS ne produise ses effets sur les plans de financement. C'est donc, avertit Emmanuelle Cosse, dans les prochaines années que la baisse va se faire sentir.

 

 

Mobilisation jusqu'au dernier jour du quinquennat

 

Elle en appelle aux pouvoirs publics pour qu'ils "comprennent qu'il y aura une crise du logement à gérer dans le prochain quinquennat. Et qu'il faut prendre des actions, pas seulement attendre que le choc de l'offre règle les problèmes". Elle demande à ce Gouvernement de rester "mobilisé jusqu'au dernier jour du quinquennat", au vu du nombre de "dossiers extrêmement inquiétants", sur lesquels les bailleurs sont "dans un flou important".
Il vous reste 58% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp