Les autorités égyptiennes ont renouvelé leur confiance aux grands groupes de BTP français, Vinci et Bouygues, pour mener la phase 4A de la prolongation de la ligne de métro 3 du Caire. Leur expertise et leur expérience des travaux sur ce réseau, accumulées en 30 années, ont fait la différence.

Encore une fois, les entreprises françaises du génie civil ont décroché un important contrat en Egypte : Vinci Construction Grands Projets et Bouygues Travaux Publics, ainsi que leurs partenaires locaux Orascom Construction et Arab Contractors, ont obtenu de participer à la nouvelle phase des travaux de la ligne 3 du métro cairote. Cette étape, codée "4A", fait suite à la phase 2, qui s'est terminée en mai 2014, avec six mois d'avance sur le calendrier prévu. La nouvelle phase consistera à réaliser 5,15 km de tunnels et cinq stations sur la ligne qui constituera un lien entre l'Est et l'Ouest de la capitale égyptienne. Le contrat avait déjà été évoqué par le ministère des Affaires étrangères au début du mois de mars, mais les détails techniques n'avaient pas été divulgués.

 

Les deux partenaires se sont engagés à livrer rapidement ce nouveau tronçon, fixant une date butoir dans 34 mois. Pour y parvenir le tunnelier Imhotep, précédemment utilisé, sera modifié : son mode de fonctionnement passera en pression de boue, plutôt que pression de terre. De quoi gagner en efficacité et tenir les délais dans le budget. Le chantier, d'un montant de 264 M€, emploiera 3.200 personnes, principalement égyptiennes.

actionclactionfp