CONJONCTURE. L'Unicem note que l'activité du 3e trimestre de 2018 reste soutenue, à des niveaux bien supérieurs à ce qu'ils étaient un an auparavant. En dépit d'une baisse dans la construction résidentielle, le climat des affaires du bâtiment resterait bon, notamment grâce aux perspectives des travaux publics.

Même si les résultats sont en léger repli par rapport au trimestre précédent, l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) est satisfaite. Les niveaux d'activité restent solides. Les livraisons de granulats, par exemple, ont reculé (-1,4 % entre le 2e et le 3e trimestre) mais elles demeurent très au-dessus de ce qu'elles étaient à la même période de 2017 (+2,8 %). En cumul, depuis le début de l'année, la production de ces granulats s'établit à +2,2 %.

 

Pour le béton prêt à l'emploi, les livraisons ont même progressé entre août et septembre. Cependant, en comparant les trimestres entre eux, il apparaît que l'activité s'est contractée (-2,3 %), restant tout de même supérieure à celle observée en 2017 (+5,4 %). Sur les neuf premiers mois de 2018, le BPE affiche finalement une bonne croissance (+3,8 %). L'Unicem note : "Cette activité en dents de scie se retrouve dans les autres matériaux de construction qui composent notre indicateur". Elle donne l'exemple des produits en béton et des briques, qui affichent des volumes en repli par rapport à l'été de 2017. Sur les trois premiers trimestres de 2018, leur activité reste positive (+1,8 %).

 

Moins de logements mais plus de tertiaire et d'infrastructures

 

L'Unicem se rassure en s'appuyant sur l'enquête de l'Insee sur le climat des affaires. Son index reste très supérieur à sa moyenne de longue période, tout comme l'opinion des entrepreneurs sur leur activité à venir, qu'ils évaluent stable. Toutefois, les carnets de commandes commencent à se dégarnir avec 7,1 mois d'activité assurés. L'appareil de production reste très sollicité (90,4 %, au plus haut depuis 10 ans) et les difficultés de recrutement sont plus que jamais d'actualité. "Si l'activité constructive demeure dynamique, elle est toutefois appelée à se modérer dans les prochains mois, tout au moins dans le segment du logement", tempère l'Union qui rappelle les chiffres des mises en chantier en baisse (-1,1 % sur trois mois et -5,2 % sur un an). Le nombre de logements commencés se situe désormais à 422.300 en douze mois. Les permis de construire se replient encore plus nettement (-2,8 % sur trois moi et -5 % sur un an) pour s'établir à 474.600 unités. "Tous les types de logements sont concernés par cette baisse, hormis les logements en résidence, qui avec moins de 8 % du total des logements, observent une nette progression", souligne la lettre mensuelle de conjoncture.

 

Les locaux d'activité connaissent, pour leur part, une certaine embellie, avec une hausse de +8,6 % sur douze mois, à 27 millions de m². Les permis de construire les concernant sont en faible augmentation (+0,7 %). Dans les travaux publics, le climat continue même de s'améliorer, cette fois d'après les chiffres de la FNTP. La facturation reste au beau fixe (+15,7 % sur un an) et les entrepreneurs du secteur jugent que leurs carnets de commandes sont pleins (+7,3 % sur trois mois). "Dès lors, les perspectives d'activité pour les prochains mois demeurent bien orientées même si certaines tensions persistent", avertit l'Unicem qui insiste sur les difficultés de recrutement et la hausse des prix du pétrole, y compris à cause de l'évolution fiscale sur le Diesel ou l'interdiction du GNR, qui risque de venir alourdir les coûts de production. Concernant les activités de carrières, la filière note également des difficultés de transport pour ses matériaux, qui compliquent sa tâche.

actionclactionfp