Entre les annonces d'Emmanuel Macron et celles de François Hollande, les artisans sont perdus et surtout inquiets. Quid des qualifications et du statut de l'auto-entrepreneur ? C'est pour rassurer le secteur que la secrétaire d'Etat à l'Artisanat s'est rendue, ce jeudi, à la Fédération française du bâtiment.

Les tensions entre les artisans et les pouvoirs publics sont palpables depuis plusieurs semaines, notamment sur le sujet très controversé des qualifications professionnelles et des nouvelles règles pour les auto-entrepreneurs.

 

Jacques Chanut, président de la FFB, a redit la position de son organisation : sortir le bâtiment du champ de l'auto-entreprise et maintenir la qualification professionnelle dans les métiers du bâtiment. C'est à ces deux conditions que les mesures sur l'emploi annoncées par François Hollande en début de semaine, auront de réels effets, assure-t-il.

 

Martine Pinville, secrétaire d'Etat à l'Artisanat a rendu visite à l'organisation patronale ce jeudi 21 janvier, tentant de rassurer les professionnels. Elle a ainsi affirmé que la meilleure régulation de la micro-entreprise (nouveau nom de l'auto-entreprise) pour éviter le travail illégal résidait dans l'augmentation des contrôles. "(...) Il ne s'agit pas de revenir sur le régime de la micro-entreprise, mais de corriger ce qui peut l'être pour le rendre encore plus cohérent", a-t-elle dit.

 

A propos des qualifications, elle a insisté sur le fait qu'il n'était pas question de les "supprimer sans tenir compte des objectifs essentiels de santé et de sécurité".

actionclactionfp