RÉACTIONS. Alors que la situation sur le marché des certificats d'économie d'énergie (CEE) ne semble guère s'améliorer, les pouvoirs publics temporisent et considèrent que l'inquiétude des acteurs n'est "pas tellement justifiée".


Cela fait maintenant des mois que les acteurs impliqués dans la filière de la rénovation énergétique (entreprises, délégataires de CEE, associations, industriels...) s'inquiètent des conséquences de l'atonie du marché des certificats d'économie d'énergie (CEE). Le cours du certificat, particulièrement bas en ce début de cinquième période, a, d'après eux, pour effet de faire drastiquement baisser le nombre de chantiers réalisés, notamment auprès des publics les plus précaires.
Il vous reste 90% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp