INTERVIEW. Le secteur de la logistique connaît une croissance exponentielle et est désormais en proie à de nouveaux défis, commerciaux, environnementaux et technologiques. Batiactu a donné la parole à Gabriel Franc, directeur général du groupe Franc Architectures et expert du secteur. Suite et fin de notre enquête sur le marché des entrepôts.


Le magasin de demain sera-t-il un entrepôt ? De plus en plus d'entreprises agrandissent leur site de stockage ou se tournent vers la logique du dernier kilomètre - l'étape finale du processus de livraison de marchandises chez le consommateur - pour s'adapter aux besoins de celui-ci. Les confinements successifs dus à la crise du coronavirus n'ont fait qu'accélérer cette tendance à la commande en ligne, déjà amorcée bien longtemps avant que la pandémie ne s'abatte sur le monde. Les formats d'entreposage XXL (au-delà de 70.000 m²), représentent désormais 20% de la demande placée globale, alors qu'ils étaient encore minoritaires il y a une décennie, selon une enquête de 2021 de l'expert en services dédiés à l'immobilier d'entreprise Cushman & Wakefield.

 

Désormais, le secteur tente de s'adapter face à des clients qui veulent recevoir leurs colis de plus en plus rapidement. Se pose également la question du respect de l'environnement. Alors que la France dispose de nombreux terrains disponibles pour accueillir l'installation d'entrepôts, elle lutte dans le même temps contre l'artificialisation des sols. Gabriel Franc, expert en entrepôts, a répondu aux questions de Batiactu pour illustrer la situation actuelle du secteur.

Batiactu : Quelques projets de transformations de friches en France vont permettre l'installation d'entrepôts. C'est notamment le cas près de Rouen, où le géant de l'e-commerce Amazon possède un vaste projet. Ces exemples sont-ils l'illustration de l'accélération de transformations de zones en entrepôts sur le territoire ces dernières années ?

Gabriel Franc : Il est vrai que la logistique possède une place de plus en plus importante en France depuis quelques années. Avec le Covid et les livraisons qui s'accentuent, la logistique est d'autant plus importante dans le paysage quotidien des consommateurs. Aujourd'hui, la logistique n'est plus un grand bâtiment positionné en fonction du kilométrage. Elle a désormais intégré des fonctions de préparation de commandes et de finition de produits, et doit avoir un positionnement stratégique en termes de localisation et de dimension. En ce qui concerne la transformation de friches, ou leur utilisation, cela fait sens car il serait inenvisageable de construire des logements sur certains terrains. Prenons l'exemple d'une ancienne raffinerie qui contenait des cuves de stockage d'hydrocarbures et qui avait un sol pollué. Même après nettoyage, on ne peut pas installer autre chose qu'un entrepôt. Les seuils de tolérance de certains taux de pollution ne sont pas les mêmes entre les résidences et les entrepôts. On peut dépolluer un terrain logistique pour un moindre coût. Du côté de la santé et de la sécurité des travailleurs face à cette pollution, la réglementation française est très bien faite. Il n'y a jamais de risque pour les travailleurs.
Il vous reste 72% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp