CONJONCTURE. La Fnaim a livré son analyse de l'état du marché du logement, le 30 juin. Si volumes et prix se maintiennent voire continuent de progresser, la demande des acquéreurs a fortement évolué, notamment géographiquement. Face au défi de la rénovation énergétique, la Fnaim demande aux pouvoirs publics de mieux accompagner les propriétaires bailleurs.


Le marché du logement s'est montré "particulièrement résistant", estime la Fnaim, premier réseau d'agences immobilières en France, le 30 juin. Le volume de transactions est en légère baisse, mais "reste sur l'année 2020 au-dessus du million de ventes". "Ce niveau élevé peut surprendre", explique Jean-Marc Torrollion, le président du réseau. "Ce n'est pas forcément le ressenti le plus communément partagé, à cause de l'effet loupe de Paris, où les transactions ont en effet chuté de 16% depuis janvier 2020, alors que l'immobilier est resté dynamique dans les villes moyennes et les zones rurales".

 

En valeur aussi, le marché s'est montré particulièrement résistant, avec une progression des prix à +5,1% au deuxième trimestre 2021 (au 10 juin 2021). Au niveau national, le prix moyen du mètre carré s'établit à 2.892 euros. Plus précisément, à 3.916 euros pour les appartements (+5%) ; et à 2.364 euros pour les maisons (+5,2%). C'est sur les maisons que la hausse apparaît la plus indicative, "preuve du regain d'intérêt pour ces dernières depuis la crise sanitaire". A titre de comparaison, les prix au mètre carré des maisons n'avaient augmenté que de 2,6% au deuxième trimestre 2020 et de 1,4% au deuxième trimestre 2019.

 

Paris décroche, les villes moyennes et la France rurale décollent

 

Cet engouement pour les maisons qu'indique une telle progression des prix va de pair avec un engouement pour les zones rurales et les villes moyennes, au détriment de Paris, principalement. Parallèlement, la Fnaim note "une ruée vers le littoral et l'Ouest". A Paris, les prix ont pour la première fois depuis plusieurs années connu un léger repli à -0,9%. Pour rappel au second semestre 2020 les prix sur Paris étaient en hausse de 6,4%. Ils atteignent, pour les appartements, les 10.371 euros du mètre carré. En Île-de-France, la progression est de 3,5%, à 6.377 euros le mètre carré pour les appartements, et de 6,1% à 3.566 euros pour les maisons. En province, les prix progressent significativement aussi, de 5,7% pour l'ensemble des biens. Tandis que dans les DOM (hors Mayotte), ils augmentent de 2,4%, (contre 4,4% sur la même période en 2020).

 

Marqueur du changement concernant les attentes et les critères des Français vis-à-vis de leur parcours immobilier, ce sont les zones rurales et les villes moyennes qui se montrent les plus dynamiques, relève la Fnaim.
Il vous reste 62% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp