Le taux du Livret A sera abaissé à 0,75% le 1er août prochain et passera ainsi, pour la première fois sous la barre de 1% a annoncé lundi 20 juillet le ministère des Finances. Une décision qui interpelle l'USH. Explications.

Une étape symbolique. Le 1er août, le taux du Livret A sera abaissé à 0,75 % et passera ainsi, pour la première fois, sous la barre de 1 %, a annoncé lundi 20 juillet le ministère des Finances. Suivant une recommandation de la Banque de France, le Gouvernement justifie ce nouveau plancher historique par la faiblesse de l'inflation. "La très faible inflation -0,3 % sur un an en juin pour l'inflation hors tabac, qui sert de référence- aurait dû conduire à abaisser le taux du Livret A à 0,50 % si la formule de calcul avait été appliquée conformément à la loi", indique-t-il dans un communiqué.

 

Comme il en a donc la possibilité, c'est le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, qui a proposé un repli de la rémunération moins important que ce qu'il aurait dû être en théorie.

 

Au final, cette baisse de la rémunération est censée favoriser la croissance et la construction de logements sociaux, défend Bercy. Un taux plus bas permet à la Caisse des dépôts, qui centralise 65 % de l'épargne du Livret A, d'octroyer des prêts moins onéreux, en l'occurrence aux organismes HLM.

 

"L'objectif de la baisse du Livret A est double : garantir le pouvoir d'achat des épargnants et favoriser l'investissement du secteur du logement social avec un gain de plus de 300 millions d'euros", a également précisé le ministre des Finances, Michel Sapin.

"Ne pas se désengager du financement du logement social"

De son côté, l'Union sociale pour l'habitat (USH) a réagi rapidement ce mardi 21 juillet rappelant dans un communiqué que "la baisse du taux de rémunération du Livret A est une mesure d'adaptation logique à la faible inflation", mais il "appelle également l'État à ne pas se désengager du financement du logement social."

 

Le mouvement HLM alerte sur le fait que "cette baisse de la rémunération du Livret A ne doit pas avoir pour contrepartie une diminution des aides à la pierre essentielles à la construction de logements sociaux et, par ailleurs, elle ne partage pas l'estimation faite par le Gouvernement d'un gain, pour le secteur du logement social, de 300 millions d'euros."

 

Enfin, Jean-Louis Dumont, président de l'Union sociale pour l'habitat, souligne que "seule la baisse du taux de commissionnement des banques répercutée sur les conditions de financement des organismes Hlm apporterait une capacité d'investissement supplémentaire aux organismes Hlm".

 

De son côté, la Confédération nationale du logement (CNL) met en garde dans un communiqué "contre ce faible taux qui pénalise les épargnants populaires et le risque de transfert de l'épargne du Livret A vers d'autres placements." La CNL souhaite ainsi que "100% de la collecte du Livret A par la Caisse des Dépôts et Consignations soit attribuée à la construction de logements sociaux."

 


actionclactionfp