Sur le grand viaduc en revanche, les travaux avancent désormais à une bonne vitesse. Après avoir attendu l'arrivée de la barge spécialisée Zourite (du nom local des pieuvres qui ont huit bras, comme elle) le pont progresse maintenant au rythme de 2 ou 3 piles posées par mois, selon les conditions de houle et de vent. En tout, 48 de ces imposantes colonnes de béton, de plus de 35 mètres de hauteur et 4.700 tonnes, doivent être posées suivant un processus très précis, que nous révèle le directeur opérationnel : "Elles sont constituées de trois éléments préfabriqués à terre : embase, tête de pile et méga-voussoir. Il n'y a pas de fondations profondes mais seulement une souille sur 3 mètres environ grâce à la drague Pinocchio. Ensuite vient une étape de vibro-compactage, l'étalement d'une assise granulaire et le déploiement d'un 'grout bag' qui vient rattraper les irrégularités de cette assise grâce à l'injection d'un coulis sous l'embase. Enfin on installe un tapis anti-affouillement".

actioncl