LE CHANTIER DU JOUR. Avant le coup d'envoi des Jeux olympiques à Rio de Janeiro, ce vendredi 5 août, nous vous faisons découvrir une infrastructure construite pour l'occasion. Ce mercredi, il s'agit du premier tronçon du tramway de Rio. François Hollande, en déplacement à Rio, visitera la nouvelle infrastructure construite par Alstom.

Si de nombreuses infrastructures olympiques ont été entachées ces mois-ci par les polémiques, le premier tronçon du tramway de la ville de Rio, composé de 32 rames, a été livré à temps et inauguré le 5 juin dernier. C'est-à-dire deux mois avant l'ouverture des Jeux olympiques, alors que les travaux avaient débuté au second semestre 2014. L'occasion pour François Hollande de découvrir ce vendredi 5 août l'ensemble de cette infrastructure, réalisée cette fois-ci, par une société française en l'occurrence Alstom, spécialiste international des solutions de tramway.

 

"Le reste de la ligne opérationnel en 2017"

 

Ce premier tronçon de la ligne (7 km), qui relie désormais Santos Dumont, le deuxième aéroport de Rio (Nord-Est) à la Parada dos Museus, est entré en service début juin 2016 et un autre tronçon (7 km), entre Parada dos Navios et Rodoviária, a ouvert en juillet 2016. "Le reste de la ligne sera opérationnel en 2017", assure Alstom, le constructeur de ce VLT, tramway léger, long de 28 km.

 

Rappelons que la ville de Rio a confié, dès 2012, le projet à VLT Carioca, un consortium formé d'Odebrecht Transport, filiale du principal groupe de BTP brésilien, de CCR, d'Invepar, de Riopar, du français RATP Dev et de l'argentin Benito Roggio Transporte. Dans la foulée, la municipalité brésilienne a opté pour la technologie Citadis d'Alstom, un système d'alimentation électrique par le sol. Au programme : une rame Citadis de 44 mètres de long composée de sept modules. "Une rame peut embarquer jusqu'à 420 passagers à la fois et transporter jusqu'à 300.000 usagers", souligne également Alstom.

 

Inscrit dans un programme de revitalisation urbain

 

Au final, ce nouveau tronçon de tramway n'a pas été conçu uniquement pour les Jeux olympiques. "Dans le cadre de ce programme de revitalisation, la ville de Rio avait demandé une ligne de tramway dépourvue de caténaire afin de préserver et de mettre en valeur le paysage urbain", précise Alstom. Le chantier estimé à 320 millions d'euros (Ndlr : 1,2 milliards de réais), soutenu avant tout par la Banque brésilienne de développement (BNDES), imposait avant tout l'engagement de fournisseurs nationaux et la production locale des tramways.

 

actionclactionfp