PRÉSIDENTIELLE 2022. Réaliser la transition énergétique à tous les échelons, tel est l'objectif ambitieux du Syndicat des énergies renouvelables qui publie aujourd'hui ses propositions aux candidats à l'élection présidentielle. Au travers de leur livre blanc, les professionnels suggèrent notamment de mettre en place des outils financiers et administratifs.


Mettre le paquet à tous les échelons pour réussir la transition énergétique de la France et ainsi lui faire atteindre la neutralité carbone en 2050 : tel est le message-clé des professionnels des énergies renouvelables (ENR), qui publient ce 10 février leurs propositions aux candidats à l'élection présidentielle et n'hésitent d'ailleurs pas à parler de "quinquennat décisif" au sujet du prochain mandat présidentiel. Face à "l'urgence climatique", le Syndicat des énergies renouvelables (SER) plaide pour "un véritable plan de bataille" qui s'inscrirait dans la trajectoire fixée par l'Accord de Paris. L'organisation se base d'ailleurs sur les scénarios énergétiques présentés ces derniers mois par le Réseau de transport d'électricité (RTE) et l'Agence de la transition écologique (Ademe), lesquels affirment que les trois quarts de la consommation d'énergie du pays devront être couverts par des renouvelables, non seulement pour neutraliser nos émissions carboniques mais aussi pour garantir notre sécurité d'approvisionnement.

 

 

Réindustrialiser en effectuant la transition

 

Certes, la bataille devra également être menée à l'échelle européenne et même mondiale, mais les professionnels des ENR veulent démontrer que les projets qu'ils portent peuvent répondre à des enjeux économiques et sociaux au niveau local. Au travers du second volet de son livre blanc 2022, le SER suggère notamment de mettre en place des outils financiers et administratifs pour aider, voire inciter les acteurs publics et privés à passer à la vitesse supérieure. D'abord, la création d'un "Fonds social pour le climat" permettrait d'accompagner "les plus vulnérables". Ensuite, un "Parcours renouvelable" pourrait être institué pour décrocher un emploi dans le secteur des renouvelables. Au niveau gouvernemental, une "étude d'impact climatique" placée sous l'autorité de Matignon plancherait sur "une meilleure cohérence des politiques publiques", quand une fiscalité "allégée" mais aussi alignée sur l'ensemble des États-membres de l'Union européenne serait un gage d'"ambition" et de "cohérence".
Il vous reste 70% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp