RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE. Pour atteindre les objectifs de performance du parc de logements, il faut multiplier par 20 les rénovations globales. Pour l'association Négawatt, cela impose de les encourager fortement, et de cesser de subventionner les rénovations par gestes dans MaPrimeRénov'. Le cas des pompes à chaleur installées dans des logements non rénovés pose particulièrement problème, selon un expert.


A horizon 2050, on le sait, l'enjeu est moins la performance des constructions neuves, nécessaire certes, mais pas suffisante. Il est avant tout de réussir à rénover massivement les plusieurs millions de logements existants qui ne sont pas au niveau fixé par la stratégie nationale bas-carbone (SNBC), à savoir le niveau A ou B du diagnostic de performance énergétique avant 2050.

 

Cet objectif d'un parc résidentiel peu énergivore ne sera atteint qu'en multipliant les rénovations globales et performantes. "Or, ce n'est pas du tout le cas", rappelle Thierry Rieser, du bureau d'études Enertech, intervenant au Salon Batimat, le 3 octobre, au nom de l'association Négawatt,
Il vous reste 80% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp