TÉLÉCOMS. Des appels à projets, plus de formations et plus d'argent sur la table… L'Etat opère une stratégie nationale pour que les entreprises bénéficient du renforcement du déploiement de la 5G. Au total, 1,7 milliard d'euros d'investissements sont prévus.

Plus de recrutements et plus de financements, le gouvernement promet de révolutionner l'industrie en plaçant la 5G au cœur de la compétitivité industrielle française. Le but ? Que la France se positionne comme un leader en futures technologies de réseaux. Persuadé que "la 5G renforcera notre compétitivité et la capacité de notre économie à créer des emplois pérennes sur l'ensemble du territoire", comme le qualifie le gouvernement dans un communiqué, l'Etat investi 480 millions d'euros de financements publics. Cet argent servira à soutenir des projets prioritaires d'ici 2022. Il vise jusqu'à 735 millions de financements publics pour mobiliser, par effet de levier, jusqu'à 1,7 milliard d'investissements d'ici 2025.

 

Le gouvernement table sur la création de 20.000 nouveaux emplois d'ici quatre ans. Il cherche ainsi à atteindre 15 milliards de chiffre d'affaires. Si l'Etat veut maîtriser et sécuriser les infrastructures de télécommunication, cette stratégie nationale vise à soutenir le développement des usages 5G au profit des territoires et de l'industrie. Il faut pour cela permettre des usages innovants de la 5G dans des secteurs industriels de pointe ou encore mettre en œuvre les meilleures pratiques afin de favoriser l'accès aux fréquences.

 

Plus de visibilité à l'international

 

La stratégie porte également sur la construction d'une offre française sur les réseaux télécoms, avec le renforcement de la visibilité de la France à l'international ainsi que son attractivité à l'export. Une coopération franco-allemande collaborera pour imaginer des réseaux innovants. Ces actions ne pourront se faire qu'en soutenant la recherche et développement des futures technologies de réseaux, afin d'anticiper l'arrivée de la 6G. Réduire l'impact énergétique des réseaux et réfléchir aux standards internationaux et la propriété intellectuelle font partie des priorités. La formation sera également renforcée pour attirer plus de monde au sein de cette filière et permettre un déploiement rapide des réseaux de télécoms.

 

Déjà 18 projets qui souhaitent déployer des applications innovantes de la 5G ont été soutenus par le gouvernement depuis septembre 2020, soit 260 millions d'euros d'investissements. Plusieurs chantiers ont déjà été lancés et financés. Aussi, un investissement de 19 millions d'euros servira à financer trois nouveaux projets : le projet 9 5G-mMTC, porté par Médiane System, le projet 9 PIRANA, porté par Kalray et le projet 9 5G for IoT, porté par Adeunis.

 

La 6G déjà discutée

 

De plus, l'appel à manifestation d'intérêt "solutions souveraines pour les réseaux de télécommunications", ouvert en février dernier, est prolongé jusqu'à mi-décembre 2021. Les projets peuvent porter sur le développement de cas d'usages de la 5G dans l'industrie ou hors industrie ; sur le développement de briques technologiques souveraines pour les réseaux télécoms ou encore sur des travaux de recherche et développement sur la 5G et la 6G. "La mise en place d'un dialogue continu entre les acteurs industriels et télécoms en vue de développer les usages de cette nouvelle technologie sera un facteur clé de la réussite de l'adoption de la 5G", estime le gouvernement.

 

"Cette stratégie d'accélération doit permettre à la France de mieux se positionner sur les technologies de réseau et de télécommunications qui seront au cœur du monde de demain", a assuré la ministre déléguée chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, qui considère que la 5G est "un pilier de l'industrie 4.0 et de l'usine du futur". Une mission sur la 5G industrielle est prévue pour le mois de septembre, afin d'inciter l'ensemble des acteurs à "se saisir des opportunités offertes" et à trouver des actions concrètes pour accompagner l'industrie française dans le déploiement de cette génération de communications mobiles.

 

Pour le secrétaire d'Etat chargé de la transition numérique et des communications électroniques Cédric O, "la 5G est une étape indispensable au développement de nouveaux usages technologiques plus intelligents et plus adaptés à nos besoins". Il a appelé les acteurs à "se saisir des opportunités que leur offre la stratégie d'accélération que [le gouvernement présente]".

actionclactionfp