INTERVIEW. Fabio Rinaldi est, depuis mars 2016, président du directoire de BigMat France, l'enseigne européenne de négociants indépendants en matériaux de construction. Quel est son regard sur l'actualité des derniers mois ? Quels sont les grands enjeux qui l'animent ? Découvrez ses réflexions, sa vision, son actualité, son message aux professionnels et son portrait en cinq traits


Les derniers mois nous incitent plus que jamais à faire un pas de côté : prendre du recul, réfléchir, accorder un temps long à la rencontre et au partage. Avec ces entretiens "Grands Témoins", Batiactu vous invite à mieux connaître des personnalités aux horizons divers, mais qui contribuent aujourd'hui, par leurs visions, leurs réflexions et leurs actions, à expliquer, anticiper, façonner, faire exister notre cadre de vie et donc, la société dans laquelle nous voulons vivre.

 

Après une carrière à l'international chez le spécialiste des infrastructures électriques et réseaux d'informations Legrand, Fabio Rinaldi a intégré l'enseigne de négociants indépendants en matériaux de construction BigMat France en mars 2016, comme président du directoire. Homme de terrain et du monde, le partage et le dialogue sont les valeurs qui l'animent. Valeurs qui sont justement l'ADN du modèle coopératif sur lequel est fondée l'enseigne : chacun est indépendant, mais le partage fait la force du collectif. Sa baseline "L'humain, aussi ça compte !" chevillée au corps, elle fête cette année ses quarante ans d'existence. Depuis 5 ans, Fabio Rinaldi accompagne ainsi la coopérative face aux défis et mutations que le secteur connaît pour mener les transformations que cela engendre pour le négoce.

 

Des défis et enjeux à court et moyen termes

 

Numérique, environnement, engagements sociétaux et réussite économique de ses adhérents, mais aussi bien sûr, proximité, qualité, services et efficacité pour leurs clients (des artisans, PME et TPE du secteur en grande majorité), sans oublier enfin, le contexte actuel de crise sanitaire et économique... Les sujets ne manquent pas ! BigMat International, c'est aujourd'hui plus de 8000 collaborateurs, 500 adhérents, 904 points de vente et une présence dans plusieurs pays européens (France, Espagne, Italie, Belgique, Portugal, République Tchèque et Slovaquie). Et la France est le leader de l'enseigne, avec pas moins de 291 points de vente pour 89 adhérents.

 

Quelles actualités des dernières semaines retiennent l'attention de Fabio Rinaldi ? Alors que la filière est secouée par une pénurie importante de matériaux, quelle est son analyse ? Quels sont par ailleurs ses enjeux principaux au sein de la coopérative et quel est son message aux professionnels de la filière ? Autant de questions abordées lors de cette rencontre, pour partager avec lui sa vision de notre secteur, son actualité, mais aussi, pour mieux le connaître et comprendre ce qui l'anime, à travers un portrait en cinq traits.

 

Entretien réalisé au sein des bureaux de BigMat France, le 4 juin 2021 (NDLR)

 


ACTUALITÉS MARQUANTES

 

Batiactu : Que retirez-vous des actualités de ces dernières semaines ?

 

Fabio Rinaldi : Ce que je retire, c'est que nous vivons actuellement, dans notre secteur d'activité, un paradoxe. Nous subissons au niveau mondial une crise sans précédent, avec toutes ses conséquences aux niveaux sanitaires et économiques sur lesquelles nous sommes alertés dès que nous lisons un journal, allumons la radio ou une télévision. Et puis, l'on se rend compte et heureusement d'ailleurs, qu'en réaction à cela, notre secteur a réussi à s'adapter, à en tirer les côtés positifs et qu'il connaît une activité très soutenue. Des changements de comportements et de nouvelles façons de penser ont en effet émergé et ces remises en question ont déclenché une envie d'investir dans l'activité du bâtiment et de la construction.
Conseil rénovation travaux
Conseil rénovation travaux © iStock / vittaya25

Depuis le premier confinement, qui nous a fait découvrir beaucoup de choses au sein de notre cercle familial et de notre habitat, les Français ont épargné, tout en réfléchissant à leurs envies de travaux et, dès qu'il a été possible d'agir, ils l'ont fait.

 

Il faut compter aussi désormais sur le phénomène du télétravail. Certaines personnes se sont dit et se disent encore : "si je peux travailler différemment, je vais travailler autrement et ailleurs." On le voit, le niveau des transactions immobilières ne s'est pas effondré et quand il y a transaction, il y a des travaux derrière. Les habitudes changent : pour les entreprises qui ne faisaient pas du tout de télétravail, il sera difficile désormais d'y échapper et si aller sur son lieu de travail a pour seule valeur ajoutée de perdre une à deux heures de temps de trajet, le télétravail est plus productif. Bien sûr, tout dépend des métiers. Ce n'est pas le cas, par exemple, chez nos adhérents, car il est difficile de ne pas accueillir les clients dans les enseignes et la proximité avec nos artisans est essentielle.

 

Batiactu : Il y a donc pour vous, un "monde d'après" ?

 

F. R. : Je ne suis pas pour autant partisan de cette idée d'un "monde d'avant" et de celui "d'après-qui-va-être mieux" : pour ma part, je crois que le "monde d'avant" (malgré certains écueils bien sûr, dont il est très bien qu'on prenne conscience et réagisse) avait aussi de bons côtés ; le "monde d'après" quant à lui, sera aussi un monde avec ses difficultés ! Mais j'espère que l'on va se remettre en question sur des sujets qui sont importants, que ce soit à titre personnel ou même au niveau sociétal, afin que les choses évoluent.

 

Batiactu : Ce qu'il y a de certain, c'est que le Plan de relance mis en place par les pouvoirs publics est très axé sur notre secteur, quelle est votre vision sur ce dernier ?

 

F.R. : Ce plan de relance est très important tant au niveau global, que pour ce qui concerne plus précisément notre secteur d'activité avec une enveloppe d'environ 30Md€.
Sur le premier point, il faut reconnaître la réaction rapide, volontaire et forte des autorités, notamment du ministère de l'Économie, qui a permis, avec la mise en place de beaucoup d'aides pour les entreprises (comme le PGE, le chômage partiel, etc.) que l'économie certes, subisse un coup de frein, mais ne s'effondre pas. Il y a eu un maintien de l'économie grâce à l'État. Évidemment, le PIB a perdu 9 ou 11%, c'est du jamais-vu, mais néanmoins, il n'y a pas eu de cataclysme économique. Lorsque vous vous réveillez, tout le monde se réveille. C'est ce à quoi l'on assiste actuellement : on le constate nous-mêmes, qui recommençons à organiser des réunions dans des hôtels et beaucoup sont déjà complets ! Les gens ont une vraie envie de se revoir.

 

Batiactu : Et sur notre secteur d'activité, plus spécifiquement ?

 

Il vous reste 79% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp