C'est une véritable renaissance que vient de connaître la gare Saint-Lazare, monument parisien immortalisé par Monet et par Queneau dans les « Exercices de style ». Après 10 ans de travaux, le plus grand chantier de Paris touche à sa fin. La gare SNCF rénovée, plus lumineuse, offre désormais des espaces commerciaux de 10.000 m² à ses 450.000 utilisateurs quotidiens. Reportage.

Le chantier de la gare Saint-Lazare, 2e gare d'Europe après la gare du Nord - autre gare parisienne - a été le plus grand projet de rénovation lancé par la SNCF depuis 15 ans et le plus grand chantier de la capitale ces deux dernières années. Une opération hors normes pour, à la fois, valoriser un patrimoine architectural historique, conçu au 19e siècle, et l'adapter aux attentes et besoins des voyageurs du 21e siècle. Le tout à réaliser en exploitation, au milieu de 450.000 usagers transitant par la gare quotidiennement et en plein cœur de Paris, sans bouleverser le trafic des quelque 1.600 trains journaliers. Une gageure, relevée à la fois par les architectes de la SNCF « Gares & Connexions » (François Bonnefille), par ceux d'AREP (Jean-Marie Duthilleul, Etienne Tricaud) et ceux de DGLa (Philippe Gorce, Thierry de Dinechin) ainsi que par Spie Batignolles, qui a réalisé les travaux.

 

Construite en 1867, remaniée dans les années 1885-1889 et restaurée en 1936, la gare Saint-Lazare n'avait pas connu de rénovation importante depuis 1970. Elle ne répondait donc plus à la qualité d'accueil et de service attendue par les voyageurs depuis la fin des années 1990, date du démarrage du projet. Après plusieurs années d'études, le chantier est « lancé en 2003, avec le réaménagement profond du quai transversal (sol, plafond de la halle, ambiance lumineuse) et l'aménagement de la cour d'Amsterdam », précise l'architecte François Bonnefille (SNCF Gares & Connexions). « Puis le chantier s'est poursuivi avec le cœur de gare. Deux thèmes ont prévalu : l'adaptation-modification des échanges métro-gare, qui étaient trop complexes, ceci afin de redimensionner la connexion ; et, en parallèle, l'introduction d'une offre commerciale importante ».

 

Une intervention très lourde
Le chantier du cœur de gare, mené entre 2009 et 2012, a donc consisté à creuser une faille très profonde dans la salle des pas perdus, jusqu'à atteindre le niveau des métros. Cette solution a permis à la fois d'installer des circulations verticales, sous la forme d'escalators et d'ascenseurs, et d'inonder les niveaux ouverts de lumière naturelle, ceci grâce à la verrière datant du 19e siècle - habilement préservée et rénovée. « En fait, de la gare, nous avons gardé la coque historique afin d'en faire une gare lumineuse, qui a une âme », déclare Guillaume Pépy, le président de la SNCF. A chaque niveau (celui du métro, celui de la rue et celui des quais), des espaces commerciaux ont été créés ; en tout, 10.000 m² cédés pour 40 ans en concession à Klépierre, qui a, en contrepartie, financé une grande partie des travaux.

 

Lire la suite page 2

actionclactionfp

La gare Saint-Lazare se relève et marche (diaporama)

gare saint lazare
La grande salle des pas perdus de la banlieue (mars 1885) © SNCF - Louis-Emile Durandelle
Les travaux ont présenté de multiples difficultés : outre le maintien de tous les accès à la gare pour les usagers et les personnels y travaillant, il a fallu composer avec la structure même du bâtiment classé. Construit en pierres sans joint de dilatation sur 213 mètres de long, diverses techniques ont été mises en œuvre pour travailler autour de ses fondations tout en préservant les éléments architecturaux (modénatures, charpente). Un hélicoptère gros porteur a même livré des éléments de climatisation de 2 tonnes sur le toit !

 

Plus claire, plus accueillante
« Les objectifs qualitatifs du projet consistaient à optimiser les liaisons métro-trains, qu'elles soient à la fois plus rapides et plus visibles » glisse François Bonnefille. Un travail a donc été réalisé à la fois sur les flux, modélisés pour être plus rationnels, plus fluides et éviter les points de congestion, mais également sur la signalétique. La gare Saint Lazare est la seconde à adopter le nouveau code couleur et les nouveaux pictogrammes de la SNCF. De plus, 300 écrans ont été installés afin de relayer l'information partout dans la gare. Le saut qualitatif est évident. La rénovation apporte également de la clarté grâce au travail réalisé sur la lumière et les couleurs, et un certain confort acoustique, grâce aux matériaux utilisés (le bois notamment). Cet ensemble concourt à rendre la gare plus accueillante. Ouverte sur la ville, il reste désormais les deux parvis et la rue intérieure à terminer afin d'améliorer la desserte par les bus et les taxis.

 

La SNCF, qui consacre annuellement 150 M€ à la rénovation de ses quelque 3.000 gares déclare qu'elle n'aurait jamais pu réaliser ce titanesque chantier sans le concours de Klépierre, l'opérateur commercial des espaces créés. En effet, le budget total de l'opération se monte à 250 M€, dont 90 M€ ont été apportés par la société des chemins de fer. Les gares parisiennes de Montparnasse et d'Austerlitz devraient prochainement faire l'objet de profonds travaux, tout comme les gares de Rennes et de Nice, à une échelle moindre. Il est à noter qu'Aéroports de Paris est venu étudier le chantier de la gare Saint-Lazare afin de procéder, dans d'aussi bonnes conditions, aux futurs travaux sur le terminal 1 de Charles-De-Gaulle.

 

La gare Saint-Lazare et son chantier en chiffres :
- 2e gare d'Europe en termes de voyageurs après la gare du Nord ;
- 450.000 usagers par jour ;
- 1.600 trains quotidiens (1.500 transiliens, 100 inter-cités) soit 1 train toutes les 28 secondes ;
- 1.000 personnes en poste ;
- 350 ouvriers sur le chantier ;
- 70.000 m3 d'excavations ;
- 37.000 m² rénovés ;
- 10.000 m² d'espaces commerciaux répartis sur 3 niveaux ;
- 250 places de parking créées ;
- 80 enseignes de commerce, services et restauration dont Esprit, Promod, Dim, Mary Paz, Lush, Sephora, Yves Rocher, Starbucks, Swarovski ou Virgin Megastore ;
- 21 nouveaux escaliers mécaniques et ascenseurs pour permettre l'accessibilité ;
- 250 M€ de budget : 90 M€ pour la SNCF et 160 M€ pour Klépierre (opérateur commercial pour une durée de 40 ans)

Restructuration

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF - AREP
Coupes transversales de la gare Paris Saint-Lazare avec l'état existant en 2008 et le projet qui implique la création de 2 niveaux de parkings, plus trois niveaux au coeur du bâtiment, à l'emplacement de la salle des pas perdus.

Travaux du coeur de gare

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF - AREP - M. Vigneau
Avancement des travaux du coeur de gare en décembre 2009 : démolition du plancher de la salle des pas perdus.

Système constructif

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF-AREP - photo M. Vigneau
Le même coeur de gare au mois de septembre 2010. Les bâtiments existants ont été repris par un système de poteaux et poutres en béton armé. Les parois des sous-sols ont été réalisées en béton projeté et la dalle de transfert sert de butonnage. Le parking a été réalisé "top & down".

Coursives

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF-AREP - photo M. Vigneau
Le coeur de gare au mois de janvier 2011. Les coursives ont été réalisées en charpente métallique et platelage béton.

En cours d'achèvement

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF-AREP - photo M. Vigneau
La salle des pas perdus au mois de mars 2012, alors en cours d'achèvement.

Circulation verticale

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF-AREP - photo M. Vigneau
Les circulations verticales ont été articulées autour de 20 escalators et ascenseurs afin de faire de la gare Saint-Lazare un modèle d'accessibilité. Les flux ont été particulièrement optimisés pour faciliter la vie quotidienne des 450.000 usagers.

Charpente et verrière du 19e

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF-AREP - photo M. Vigneau
La charpente et la verrière du 19e siècle ont été préservées, rénovées et apportent désormais toute la lumière aux trois niveaux de l'espace commercial. On remarque le traitement bois apporté sous les coursives afin de soigner le confort acoustique.

Signalétique

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF-AREP - photo M. Vigneau
La gare Saint Lazare a adopté la nouvelle signalétique de la SNCF qui suit un code couleur : bleu pour les trains, jaune pour les services, vert pour les transports autres (RER, métro, bus, Vélib, taxis, location de voitures,) qui semble plus compréhensible par les usagers.

Affichage

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF-AREP - photo M. Vigneau
L'affichage des trains a été amélioré grâce à l'implantation de 300 écrans dans toute la gare.

Espace commercial

gare saint lazare
gare saint lazare © SNCF-AREP - photo M. Vigneau
Les 10.000 m² d'espaces commerciaux ont été concédés à Klépierre pour une durée de 40 ans. La société a sélectionné 80 enseignes emblématiques et pratiques pour les usagers de la gare. L'affluence de la 2e gare parisienne devrait permettre d'augmenter de 50 % voire de 100 % la fréquentation des boutiques par rapport à une surface équivalente en dehors de l'enceinte de la gare.

Peinture sur verre

gare saint lazare
gare saint lazare © G. Noble - Batiactu
Les peintures sur verre des années 1930 rappellent l'histoire de la gare Saint Lazare autrefois surnommé "l'Embarcadère de l'Europe". Les voyageurs pouvaient parfois monter dans des trains à destination de l'Angleterre, de l'Irlande voire des Etats-Unis en passant par un transatlantique en partance du port du Havre. Le vitrail évoquant New York jouxte donc ceux de nos villes normandes.

Saint-Lazare vue par Monet

gare saint lazare Monet
gare saint lazare Monet
La gare Saint-Lazare a été immortalisée par Claude Monet et évoquée par Raymond Queneau dans ses "Exercices de style". Aujourd'hui, c'est le peintre Philippe Rebuffet qui propose sa "Suite ferroviaire" en hommage à l'édifice.