MATÉRIAUX. En 2018, la production de briques, tuiles et autres produits de construction en terre cuite de l'Hexagone s'est chiffrée à 899 millions d'euros. Une soixantaine d'entreprises se partagent le marché, concentré pour l'essentiel en Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes.

En 2018, la production de briques, tuiles et autres produits de construction en terre cuite - hourdis, tuyaux, conduits et gouttières - s'est chiffrée à 899 millions d'euros. Le marché de ce secteur d'activité est partagé par 63 "unités légales", regroupant les entreprises individuelles et les sociétés, ce qui représente seulement 0,12% des structures fabriquant des produits manufacturés non-alimentaires et 0,19% des facturations de l'industrie manufacturière. C'est dans une étude dédiée à cette production spécifique que l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) nous apprend par ailleurs que les entreprises du secteur employaient 4.660 salariés en 2016, dans des régions dotées de terrains argileux, évidemment nécessaires à ce type de production. Trois régions concentrent de fait plus de la moitié des postes du secteur : l'Occitanie (22%), la Nouvelle-Aquitaine (18%) et l'Auvergne-Rhône-Alpes (12%).

 

L'Allemagne domine la production européenne de briques, tuiles et autres produits en terre cuite

 

Sur un plan international, la France occupe la seconde place dans la production européenne de briques et de tuiles : les facturations réalisées dans l'Hexagone représentent 15% de la fabrication communautaire, mais sont toutefois devancées par les entreprises allemandes, à hauteur de 23%, et suivies par le Royaume-Uni (14%). Il s'avère d'ailleurs que notre production nationale de tuiles est environ trois fois plus importante que celle de briques, à savoir 626 millions d'euros d'un côté contre 243 millions de l'autre ; la fabrication de tuiles pèse pour 70% des facturations du secteur. La situation est bien plus équilibrée outre-Rhin, où la production de tuiles est aussi supérieure à celle de briques mais dans des proportions bien plus faibles. Toujours est-il que France et Allemagne dominent clairement le marché européen des tuiles avec respectivement 30% et 32% de la production. En revanche, l'Insee note que la production de briques est prépondérante au niveau de l'Union européenne dans son ensemble ; les plus gros fabricants étant le Royaume-Uni (19%), l'Allemagne (18%), les Pays-Bas (10%), l'Italie et la France (7% chacune), sans oublier l'Espagne. Enfin, on retiendra que l'Allemagne produit tout de même 26% des autres produits de construction en terre cuite, contre un timide 10% pour l'Hexagone.

 

De retour sous les latitudes françaises, la balance commerciale pour les briques, tuiles et autres produits affichait un excédent de 20 millions d'euros en 2018, mais les volumes échangés avec l'extérieur sont toutefois faibles au regard de la production tricolore : le poids de ces matériaux implique des coûts de transport élevés, et les échanges se font en conséquence pour l'essentiel avec les pays limitrophes. L'Insee a calculé que les importations françaises de briques, tuiles et autres produits se sont chiffrées à 52 millions d'euros, soit 6% de la production française. De l'import qui provient pour 85% de trois pays : la Belgique, l'Espagne et l'Allemagne. Au total, la France exporte 8% de sa production en la matière, ce qui représente un marché de 73 millions d'euros. La Belgique et le Royaume-Uni constituent ses principaux clients, cumulant 63% des exportations à eux deux.

actionclactionfp