TRANSPORTS. La ministre chargée des Transports se félicite que la France bénéficie de près de 72 M€ de financements communautaires dans le cadre de l'appel à projets "Mécanisme pour l'interconnexion en Europe", se plaçant au premier rang des bénéficiaires.

La France se situe bien au cœur de l'Europe, à la croisée des axes de circulation entre la péninsule ibérique, l'Italie et le Benelux. Une situation qui en fait une nation de première importance dans le "Mécanisme pour l'Interconnexion" des infrastructures de transport. Elisabeth Borne a salué la décision de la Commission européenne d'allouer 71,6 M€ de financements pour treize projets qui impliquent le pays et représentent 17 % de l'enveloppe globale.

 

Ainsi le projet de Grand Port Maritime du Havre bénéficiera de presque 25 M€ de subventions (20 % de cofinancement) pour créer un chenal protégé, tandis que le Grand Port Maritime de Marseille recevra 1,2 M€ (8 % de cofinancement) pour développer des plateformes logistiques multimodales sur son emprise. Le projet MiRO 2, de mise en place d'un service ferroviaire multimodal pour les semi-remorques entre Barcelone et Rungis, recevra 13,7 M€ de subventions (20 %) pour la construction de deux plateformes aux deux extrémités de ce tracé. Pour le rail toujours, deux projets d'équipement de signalisation ferroviaire ERTMS sur la ligne entre Vintimille et Marseille et dans le tunnel sous la Manche, recevront plus de 12,6 M€ de financements (50 %). A Marseille toujours, la modernisation du terminal de transport combiné Med Europe de l'entreprise Intramar disposera de 2,78 M€ de subvention (20 %).


Une preuve de l'utilité des fonds européens

 

Une initiative portée par le ministère de la Transition écologique et solidaire de développement et de test d'une infrastructure numérique pour des services de transport intelligents bénéficiera de 10,8 M€ (50 %). Et le projet européen "Implementing telematics applications for European Interoperability" au service des voyageurs et du fret ferroviaire recevra pour sa part 2,97 M€ (50 %). Le système d'information digital "Ertico" qui occupe l'Ifsttar, Bordeaux Métropole et diverses entreprises françaises encaissera 1,43 M€ de financements (49,8 %). La digitalisation des voies navigables, poussée par VNF, recevra 215 k€. Enfin, les études de données portuaires ou de maintenance des wagons, seront également soutenues à hauteur de respectivement 581 et 110 k€.

 

La ministre des Transports conclut : "C'est une excellente nouvelle qui consacre une très grande mobilisation du gouvernement et des collectivités concernées depuis de longs mois. Le co-financement européen est souvent indispensable pour permettre de finaliser le financement de ces projets attendus (…) A l'heure où certains remettent en cause l'Union européenne, c'est une belle démonstration du rôle indispensable et positif qu'elle joue dans le quotidien de nos concitoyens et des territoires".

actionclactionfp