En visite sur le site industriel d'ArcelorMittal, ce lundi 24 novembre François Hollande a assuré avoir respecté ses engagements à l'égard du bassin sidérurgique lorrain, malgré la fermeture des hauts fourneaux en 2013. Le chef de l'Etat a également inauguré le site d'une future plateforme publique de recherche et de développement industriel à Uckange, dont l'ouverture est prévue fin 2015. Réactions mitigées des syndicats.

C'était une promesse de François Hollande faite aux ouvriers d'ArcelorMittal de Florange (Lorraine) après la fermeture des hauts fourneaux en avril 2013. Ce lundi 24 novembre, le président de la République est revenu dans ce bassin sidérurgique pour la troisième fois depuis 2012 dans le but d'inaugurer une plateforme publique de recherche et une usine aéronautique.

 

Au cours d'une visite éclair, François Hollande en a profité pour rencontrer la direction du site, des représentants et d'anciens salariés des hauts fourneaux ayant été reclassés. Devant eux, il a assuré avoir tenu trois engagements : assurer le reclassement de 630 salariés du groupe ArcelorMittal, exiger des investissements des dirigeants et enfin créer une plateforme publique de recherche. En marge du discours, deux syndicats d'ArcelorMittal Florange, la CGT et FO, ont boudé la visite. Ils ont refusé de rencontrer le président. La CGT a appelé à manifester contre François Hollande alors que FO a appelé à "l'indifférence".

 

"Ces trois engagements sont tenus"
"Ces trois engagements sont tenus", a assuré François Hollande. Sur la question des sous-traitants qui ont perdu leur emploi sans être reclassés, en revanche, le chef de l'Etat a reconnu que "ce sont ces salariés-là qui ont été laissés de côté."
A noter que sur les 629 salariés des hauts fourneaux, 257 sont partis sur une base volontaire. Le reste a été reclassé dans le groupe.

"La loi Florange a tellement changé", Walter Broccoli

Avant la venue du président, ArcelorMittal avait annoncé la semaine dernière 30 embauches de CDI à Florange, les premières sur le site depuis 2008, nous explique Walter Broccoli, l'ex-leader syndicaliste Force Ouvrière (FO) d'ArcelorMittal Florange et auteur du livre "Qui a tué Florange ?". Pour lui, la loi Florange "a tellement changé. Le caractère obligatoire a disparu, ce qui devait concerner toutes les entreprises a été réduit aux sociétés de plus de 1.000 salariés, etc. Cette loi, c'est vraiment de la poudre aux yeux. Ce n'est que de la propagande de François Hollande. On s'est fait avoir encore une fois."

Des chiffres contestés par les syndicats

Par ailleurs, le syndicaliste conteste les chiffres annoncés par ArcelorMittal : "Ils annoncent le chiffre de 30 CDI, ce qui est faux. Il y a bien 30 contrats, dont 13 CDI et 17 CDD. De plus, il y a davantage de départs à la retraite que d'embauches en CDI, à tel point qu'on se trouve aujourd'hui en déficit de personnel sur toutes les lignes ouvrières. Et lorsque les engagements ont été pris par ArcelorMittal fin 2012, un plancher avait été fixé à 2.200 emplois à durée indéterminée. Aujourd'hui, nous sommes à 2.100 CDI. Il y a donc là bien une promesse qui n'a pas été tenue."

 

Ces recrutements s'ajoutent aux 700 annoncés chez ArcelorMittal pour 2014 en France, s'est félicité à l'inverse Henri Blaffart, vice-président exécutif et DRH d'ArcelorMittal.

 

Par ailleurs, François Hollande a ajouté que les 180 millions d'euros d'investissements promis fin 2012 par le groupe pour moderniser le site seront portés à "plus de 240 millions d'euros d'ici 2017".Cet enthousiasme n'est pas non plus partagé par Walter Broccoli ni même par l'entourage politique du président. La députée PS de la Moselle, Aurélie Filippetti, a nuancé ses propos qui selon elle ont été "arrachés" à ArcelorMittal. Dans une adresse au président publiée ce dimanche sur "Mediapart", elle fait part de sa "tristesse" et de sa "désillusion" sur le dossier Florange.

 

Enfin, François Hollande a également inauguré le site d'une future plateforme publique de recherche et de développement industriel à Uckange, dont l'ouverture est prévue fin 2015. L'annonce de sa création avait été faite par le président lui-même en septembre 2013. Baptisée "Métafensch", cette plateforme pourrait être financée par l'État à hauteur de 50 millions d'euros pour accompagner des projets industriels. "C'est pour nous simplement un gadget industriel", estime l'ex-responsable Force Ouvrière (FO) Walter Broccoli.

actionclactionfp