CHANTIER. Le projet de parc éolien, mené par la société Ailes Marines, a été momentanément arrêté en raison d'une fuite de fluide hydraulique. Des moyens sont depuis dépêchés pour évaluer la situation.

Un "épanchement de fluide hydraulique" a été observé le 28 juillet sur un navire, l'Aeolus, en charge des forages pour la construction du parc éolien en baie de Saint-Brieuc. Ailes Marines, filiale du groupe espagnol Iberdrola et porteur du projet, a annoncé que le forage a été "stoppé".

 

"Lors de la remontée de l'outil [de forage, ndlr], il a été observé un épanchement de liquide hydraulique de type "Panolin HLP Synth 46" sur le pont du navire et dans le milieu marin", a détaillé l'entreprise, dans un communiqué. Elle a ajouté que "trois navires de surveillance ont été déployés sur zone". Deux d'entre eux sont chargés de rechercher d'éventuelles traces d'irisation en surface ou de procéder à des prélèvements d'eau de mer à proximité de l'Aeolus. Les bateaux, l'un "équipé de boudins absorbants" et le second "d'un barrage flottant", sont intervenus "en prévention à proximité" de l'Aeolus.

 

Deux survols ont également été effectués par hélicoptère dans la zone. "Les équipes n'ont pas constaté la présence d'irisation ni la constitution de nappes dans le milieu marin. De leur côté, les autorités maritimes ont également effectué un survol de la zone. Les moyens nautiques et aériens mobilisés par Ailes Marines poursuivront à titre préventif durant plusieurs jours leur mission de surveillance en collaboration avec les autorités maritimes", a assuré l'entreprise.

 

Ce n'est pas la première fois que le navire Aeolus, propriété de la société néerlandaise Van Oord, connaît une fuite. Déjà à la mi-juin, une fuite évaluée à 170 litres d'huile hydraulique était survenue. Le navire avait dû se rendre à son port d'attache aux Pays-Bas pour que des travaux de réparation et de vérification soient menés. Il avait pu reprendre les forages dans la baie de Saint-Brieuc il y a deux semaines. De cet incident, Ailes Marines avait parlé de "problème technique", entraînant "l'écoulement de fluide hydraulique (...) utilisé dans les systèmes de guidage des foreuses".

 

La fuite la plus récente a été qualifiée par l'entreprise d'"un incident technique (...) constaté sur l'une des trois foreuses du navire". Le Cedre (Centre de documentation, de recherche et d'expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux) ainsi que les autorités maritimes ont été mises au courant de cet incident. Une carte des zones à contrôler par moyens aérien et nautique et une modélisation de l'incident ont été fournies par le Cedre.

 

Cet incident s'ajoute à une méfiance déjà accrue de ce projet dans la baie de Saint-Brieuc. Le parc éolien est, en effet, vivement critiqué par les pêcheurs côtiers. D'une capacité totale de 496 MW, avec 62 éoliennes, il doit être construit à 16,3 kilomètres de la côte. Il devrait produire 1.820 GWh par an, ce qui équivaut à la consommation électrique annuelle de 835.000 habitants, selon Ailes Marines. Sa mise en service est prévue fin 2023.

actionclactionfp