STRATÉGIE. Grâce à des financements publics, le pays asiatique continue le développement des énergies renouvelables sur son territoire. Le premier pollueur mondial pourrait atteindre ses objectifs énergétiques plus tôt que prévu.

La Chine deviendra-t-elle bientôt leader des énergies renouvelables ? Elle est en tout cas le plus grand producteur au monde et vient d'annoncer qu'elle comptait doubler sa capacité éolienne et solaire d'ici 2025. Le planificateur économique central du pays a affirmé, dans un document publié le 1er juin 2022, que les sources renouvelables représenteraient 33% de l'approvisionnement en électricité du réseau national, contre 29% en 2020. "En 2025, la production annuelle d'électricité à partir d'énergies renouvelables atteindra environ 3,3 trillions de kilowattheures... Et la production d'énergie éolienne et solaire doublera", détaille le plan. Celui-ci prévoit aussi que les EnR couvrent "50% de la croissance de la consommation d'électricité" d'ici à 2025. Un chiffre inférieur aux précédentes estimations officielles et qui signifie un plus grand développement de l'activité du charbon. La nouvelle feuille de route autorise en effet la construction de plus de centrales électriques au charbon. Ce, afin de renforcer sa sécurité énergétique.

 

Déjà en avril 2022, après la tenue d'une réunion du Conseil des affaires de l'État, les autorités avaient choisi de faire croître la production de charbon de 300 millions de tonnes. Cette volonté politique a été réaffirmée par le Premier ministre Li Keqiang fin mai, lorsqu'il a déclaré que le charbon était la base de la sécurité énergétique du pays. Un crédit de 15 milliards de dollars a, ces derniers jours, été approuvé par la banque centrale, pour permettre de financer l'extraction du charbon et les centrales à charbon. Si la Chine est toujours dépendante de ces centrales, c'est qu'elle souhaite soutenir son économie, en difficulté et chahutée par le conflit en Ukraine, et éviter des pénuries d'énergie. Chaque année, le pays brûle toujours la moitié du charbon utilisé dans le monde.

 

 

Lutter contre la pollution atmosphérique

 

La Chine est le premier pollueur mondial. Alors, pour respecter ses engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat, Pékin doit doubler l'utilisation de l'énergie éolienne et solaire d'ici 2030. Si ce nouveau plan est appliqué, la Chine pourrait atteindre cet objectif plus tôt que prévu. Cette annonce n'est pas une surprise. Cela fait plusieurs années que l'empire du Milieu veut s'imposer dans le paysage mondial et compter parmi les plus gros producteurs d'énergies renouvelables. Il devrait d'ailleurs, à la fin 2022, dépasser l'Europe en termes de capacités d'éolien offshore, a estimé l'Agence internationale de l'énergie (AIE). La hausse des raccordements de capacités renouvelables s'explique notamment par des soutiens financiers publics. Rien que pour l'énergie solaire, les investissements ont triplé au cours des quatre premiers mois de l'année par rapport à la même période l'année précédente, atteignant les quatre milliards d'euros, selon les données de l'Administration nationale de l'énergie. Ces nouveaux sites énergétiques représentent une manne d'emplois pour le géant asiatique, mais aussi une façon de lutter contre la pollution atmosphérique, véritable fléau dans certaines zones du pays. Près d'un million d'habitants meurent chaque année de ce phénomène.

actionclactionfp